Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

A nouveau quelques traces de radioactivité au fond du lac de Saint Pardoux

jeudi 8 décembre 2016 à 4:00 Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin

C'est confirmé : il y a à nouveau quelques traces de radioactivité au fond du lac de Saint Pardoux, comme le montrent les mesures effectuées en 2016 dans l'anse de Chabannes. C'est là que se jette le Ritord, ce ruisseau qui traverse d'anciennes mines d'uranium d'Areva.

Des taux de radioactivité élevés mais très localisés apparaissent dans les sédiments
Des taux de radioactivité élevés mais très localisés apparaissent dans les sédiments © Maxppp - Thierry Gachon

Saint-Pardoux, France

Les mesures effectuées par Areva en janvier et juillet dernier le confirment : il y a à nouveau quelques traces de radioactivité au fond du lac de Saint Pardoux, dans l'anse de Chabannes là où se jette le Ritord, ce ruisseau qui traverse d'anciennes mines d'uranium d'Areva et qui a longtemps contaminé les sédiments du lac.

Cela dit, les résultats n'ont rien à voir avec les taux de radioactivité très élevés d'il y a 10 ans, avant le grand curage du lac effectué en 2006 aux frais du groupe nucléaire.

Il faut dire qu'entre temps, les rejets radioactifs du Ritord ont été plus ou moins maîtrisés. Depuis 4 ans, les taux de radioactivité sont stabilisés autour du seuil fixé par la préfecture, à savoir 3700 Bq par kilo de matière, parfois un peu plus, parfois un peu moins. Le problème, c'est que la radioactivité n'a pas été maîtrisée dès les lendemains du curage de l'année 2006 et que des sédiments radioactifs se sont à nouveau déposés pendant quelques années.

Cette radioactivité, on la retrouve dans certains prélèvements effectués dans l'anse de Chabannes : des taux très localisés qui montent à 4000, 5000 et parfois 9000 Bq, bien plus que les 3700 règlementaires.

Mais à côté de ça, l'immense majorité des résultats est largement en-dessous des normes, jusqu'à 20 fois moins, et du coup le conseil départemental de la Haute-Vienne, propriétaire du lac, estime pour l'instant il n'y a aucune raison de prévoir un nouveau grand nettoyage. Pour prendre une décision définitive, de nouveaux prélèvements seront faits à l'automne 2017, à l'occasion de la vidange décennale du lac.