Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Nucléaire : critiqué par les écologistes, Nicolas Hulot assure qu'il ne "recule pas"

mercredi 8 novembre 2017 à 12:31 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a admis mardi que la France ne pourra pas ramener la part du nucléaire à 50% en 2025, comme l'avait promis Emmanuel Macron. Une annonce qui provoque la colère des écologistes.

Critiqué par les écologistes, Nicolas Hulot assure qu'il ne "recule pas" sur le nucléaire
Critiqué par les écologistes, Nicolas Hulot assure qu'il ne "recule pas" sur le nucléaire © Maxppp - Alexandre Marchi

La France ne pourra pas tenir l’objectif de ramener la part du nucléaire dans la production d’électricité à moins de 50% en 2025 a annoncé Nicolas Hulot ce mardi. Une décision vivement critiquée par les associations et militants écologistes.

"Une erreur extrêmement grave" pour Greenpeace

Nicolas Hulot "n'avale plus des couleuvres, il avale des boas constrictor" au sein de ce gouvernement a réagi le député européen EELV Yannick Jadot, invité de franceinfo ce mercredi. "Vous avez un coup de pression du lobby du nucléaire et Nicolas Hulot recule ! ( ...) Pour moi c'est totalement incompréhensible".

Un avis partagé par Greenpeace. Nicolas Hulot fait "une erreur extrêmement grave", "il détricote le moteur de la loi sur la transition énergétique" a estimé ce mercredi sur franceinfo Alix Mazounie, chargée de campagne spécialisée sur le nucléaire au sein de l'association. "On n'a jamais dit que [tenir l'objectif de 2025] c'était facile, en revanche c'est faisable" a-t-elle ajouté.

"Ce qui est inquiétant dans la déclaration de Nicolas Hulot, c'est le signal qu'il envoie à tous les promoteurs de l'énergie nucléaire", a pour sa part commenté Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la nature et l'homme, créée par Nicolas Hulot lui-même.

"Beaucoup savaient que cet objectif n'était pas atteignable", assure Nicolas Hulot

Nicolas Hulot évoque désormais la date de 2035 "au plus tard" pour tenir l'objectif des 50%. Invité de BFM-TV ce mercredi, le ministre de la Transition écologique a tenté de se justifier. "Si on veut réaliser cet objectif d'ici 2025, il faudrait fermer entre 17 et 25 réacteurs. Impossible sauf à ne pas tenir compte de nos engagements sociaux, à ne pas fermer les centrales à charbon et à rouvrir de centrales thermiques. L'important, c'est de regarder la faisabilité et de ne pas se poser des totem", a -t-il expliqué. "Tous les interlocuteurs savaient que sauf dans une brutalité excessive, l'objectif ne serait pas tenable", a-t-il ajouté.