Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Opération de comptage des grues en cours en Berry

vendredi 3 novembre 2017 à 4:16 Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry

Les grues sont de retour ! Depuis une quinzaine de jours, on peut les observer dans le ciel berrichon. Vous les avez vu passer ? Participez à l'opération pour les recenser !

On estime à plus de 400.000 la population de grues qui a traversé la France l'an passé
On estime à plus de 400.000 la population de grues qui a traversé la France l'an passé © Maxppp - PHOTOPQR/SUD OUEST

Avec leurs cris si caractéristiques, impossible de les louper : les grues sont de retour en Berry ! Depuis fin octobre, elles traversent les départements de l'Indre et du Cher, en provenance d'Europe du nord, direction le sud de la France, voire l'Espagne. Certaines compagnies d'oiseaux choisissent depuis une quinzaine d'années de passer l'hiver en Brenne. C'est un phénomène assez récent. "Elles s'installent dans les chaumes de maïs ou de blé et y trouvent la quantité de nourriture nécessaire pour passer l'hiver" explique Thomas Chatton, ornithologue au sein d'Indre Nature.

Une population en hausse

"Depuis que les grues sont protégées, on constate une forte hausse de la population, s'enthousiasme Thomas Chatton. En quelques années, on est passé de 75.000 individus à plus de 400.000 passés par la France l'an dernier..." Pour mieux comprendre leur habitudes et mieux évaluer leur population, Indre Nature, la LPO et Nature 18 demandent à tous les Berrichons qui observent des grues de se prêter à un petit comptage.

"Il suffit de noter le nombre d'oiseaux observés, le lieu et la date et de se connecter sur nos sites. Là, on peut renseigner précisément ces données, détaille Sébastien Brunet, chargé de mission biodiversité pour Nature 18. Des données qui permettent également de mieux gérer l'aménagement du territoire. "Le but c'est aussi que chaque personne puisse identifier quand on constate des mortalités sous les lignes haute tension. Cela permet de cibler les zones dangereuses et de travailler ensuite avec RTE pour l'installation de perchoirs, de spirales autours de lignes ou encore dans certains cas d'envisager l'enfouissement de lignes". Une meilleure localisation des couloirs empruntés par les grues peut aussi permettre aux associations d'émettre des avis précis lors de projets d'installation d'éoliennes par exemple.

Le saviez-vous ?

  1. Les grues portent ce nom à cause du cri qu'elles poussent. Leur nom latin est en effet grus grus, qui ferrait référence aux cris si particulier de cet oiseau.
  2. Une grue a une espérance de vie de 15 à 17 ans dans la nature. Les couples sont unis à vie !
  3. La vitesse moyenne d'un vol de grue est de 40 à 50 km/h mais elle peut atteindre presque 100 km/h si elle est portée par de forts courants.