Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Opme : les gravats de la discorde

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

A Opme, un collectif de riverains vient de lancer une pétition et interpelle les autorités après le déversement de gravats issus du chantier de l’hôtel Dieu sur un terrain privé de la commune l'été dernier. Les maires de Clermont et Romagnat ont également saisi le procureur de la république.

Les gravats sont désormais recouverts par la végétation
Les gravats sont désormais recouverts par la végétation © Radio France - Jean-Pierre Morel

Clermont-Ferrand, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Au bout du petit chemin de randonnée qui conduit au Puy Giroux, les gravats sont maintenant recouverts par la végétation. "On le voit bien quand même" s'agace Monique Raspail, membre du comité de riverains qui dénoncent cette décharge sauvage à Opme, sur la commune de Riomagnat. L'été dernier, alors qu'elle habite juste à côté, elle constate le passage de dizaines de camions venant déverser des déchets sur un terrain privé de la commune. Ces déchets viennent du chantier de l’hôtel Dieu à Clermont, géré par l'entreprise Bouygues Immobilier. 

Monique Raspail, membre du collectif exhibe les photos  - Radio France
Monique Raspail, membre du collectif exhibe les photos © Radio France - Jean-Pierre Morel

"Nous ne connaissons pas la nature de ces gravats, il y a aussi beaucoup de sources et des bêtes qui viennent boire, la chaîne des Puys est classée par l'UNESCO, c'est pour cela qu'on réagit" ajoute Monique Raspail au nom du collectif de riverains, qui réclame une analyse des déchets ainsi que des carottages pour en mesurer la hauteur.

Une zone naturelle classée

_"Nous ne sommes par des guerriers de Gergovie, ni des irréductibles gaulois"précise un membre du collectif, "notre démarche est citoyenne, nous voulons simplement faire respecter la réglementation, normalement, nous sommes protéger par la loi"._

Les gravats de la discorde - Radio France
Les gravats de la discorde © Radio France - Jean-Pierre Morel

Déjà alerté à ce sujet par la municipalité de Clermont une seconde fois début juillet, l'entreprise Bouygues "n'a pas donné satisfaction à notre demande" explique Olivier Bianchi, le maire, "je rappelle que ce n'est pas un chantier géré par la ville, mais je comprends et je soutiens le collectif dans leur action, je vais saisir le procureur de la République".

Ce n'est pas un chantier de la ville, j'ai saisi le procureur... Olivier Bianchi, maire de Clermont

Le collectif de riverains a décider de lancer une pétition pour dénoncer cette situation, la ville de Romagnat a également saisi les autorités compétentes. Enfin, la DREAL (Direction régionale de l’Environnement et du Logement) a dressé un procès verbal à l'encontre du propriétaire du terrain.