Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Ouragan Irma : "ce qui est un impressionnant, c'est de voir la nature au point mort" dit un Périgourdin en Guadeloupe

mercredi 6 septembre 2017 à 17:09 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

Alors que l'ouragan Irma ravage en ce moment les îles de Saint Martin et de Saint Barthélémy, l'inquiétude grandit. En Guadeloupe, île restée un peu à l'écart de l’œil du cyclone, les dégâts sont plus limités, mais la vie s'est arrêtée au passage d'Irma dit un Périgourdin habitant Basse-Terre.

L'ouragan Irma sur les Antilles, et notamment les îles de Saint Martin et Saint Barthélémy
L'ouragan Irma sur les Antilles, et notamment les îles de Saint Martin et Saint Barthélémy © Maxppp - Maxppp

Ribérac, France

L’œil du cyclone Irma a quitté Saint Barthélémy et Saint Martin, les deux îles françaises des Antilles. Mais l'ouragan sera resté plus d'une heure et demi sur ces bouts de territoire français. Faisant d'énormes dégâts...

Casernes de pompiers noyées sous l'eau préfecture détruite, toitures arrachées, dégâts immenses, centrale EDF noyée elle aussi... "C'est comme si une bombe avait été lâchée disent certains habitants". Les vents ont soufflé jusqu'à 250 km/h. La ministre des Outre-Mer, Annick Girardin est parti pour la Guadeloupe, avec des renforts humains et matériels.

La Guadeloupe, elle, est restée en périphérie de l’œil du cyclone, mais elle a subi des vents de plus de 100km/h, des pluies diluviennes et une mer extrêmement dangereuse. Il y a de nombreux dégâts matériels.

Un phénomène météo très impressionnant confirme Eric. Ce périgourdin originaire de Ribérac est installé depuis l'an dernier à Vieux Habitants, sur Basse-Terre. Et il raconte ces heures d'angoisse.

"Ce qui est impressionnant, c'est de voir la nature au point mort" explique-t-il

"Il n'y a pas un oiseau, d'habitude on voit des colibris, des tourterelles" raconte Eric. "La mer qui se trouve à un kilomètre, on ne l'entend jamais la journée, et là, on entend un ronflement, il y a des creux jusqu'à trois mètres, c'est impressionnant, d'habitude, c'est une mer d'huile dans les Caraïbes" dit-il.

"Il y a des vents permanents de 80 km/h et sur une minute, parfois, des bourrasques à 120/130km/h, les bananiers qui sont pourtant souples ont pour certains cassés". "On reste prudents pour éviter les objets qui pourraient voler, ou faire des dégâts sur la maison" témoigne Eric.