Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Paris met en vente ses plantes

dimanche 4 mars 2018 à 6:02 Par Lisa Melia, France Bleu Paris

Régulièrement, la Ville de Paris propose le surplus de son centre horticole. 4 000 plantes seront mis en vente au mois de mars.

La Ville de Paris organise des surplus pour vendre l'excédent du Centre de production
La Ville de Paris organise des surplus pour vendre l'excédent du Centre de production - Mairie de Paris

Paris, France

Deux bégonia, des spirées, un rosier et trois euryopse. Gaël et Elisabeth repartent du jardin du Ranelagh les sacs pleins de quoi orner le jardin et le balcon. Ce samedi, la Ville de Paris organisait une braderie pour vendre les plantes qu'elle n'a pas pu installer dans les jardins, les cimetières et les voiries. Le Centre de production, basé à Rungis, fait sortir de terre 2,5 millions de plantes chaque années, dont 50 000 en surplus.  

"Jusqu'en 2012, l'excédent était broyé ou composté, explique Pénélope Komitès, adjointe à la Ville de Paris, chargée des espaces verts. Au début de la mandature, nous avons décidé de mettre ces plantes à disposition des Parisiens. Ils sont beaucoup à apprécier l'idée de remettre du vert dans Paris." Au jardin du Ranelagh, les acheteurs viennent d'ailleurs de tous les arrondissements et même des communes limitrophes pour acheter l'une des 2 000 plantes proposées ce samedi.

Pour la plupart, ce sont les prix très bas (entre 1 euro pour les plantes vivaces et 10 euros pour les arbustres) qui les ont attiré. Mais pas seulement : "Dans mon entreprise, nous avions participé à une opération de végétalisation, explique Marielle, 45 ans. J'ai aimé la démarche." Ces opérations s'inscrivent en tout cas dans la promesse de l'équipe municipale de "végétaliser la Ville" : d'ici 2020, 30 hectares supplémentaires d'espaces verts devront être ouverts, 20 000 arbres plantés, des rues végétales et des fermes pédagogiques créées. "Il y a trop de béton dans le monde d'aujourd'hui, enchaîne Laurence. Il y a aussi le fait que ces plantes aient été produites par la Ville. On a un petit bout des jardins chez soi !".  

Autre argument qui explique la file d'attente de plus d'une centaine de mètres : "au moins, je suis sûre que ce sont des plantes solides, qui vont tenir les prochaines semaines", apprécie Laurence. "Ça, c'est sûr, confirme Joachim Delpèche, responsable du service sciences et technique du végétal à la Ville de Paris. Nous les produisons tout près de Paris, donc les végétaux ne souffrent pas du transport. Nous n'utilisons pas non plus de pesticides, c'est une production très propre et de très bonne qualité." Depuis maintenant quatre ans, le succès de l'opération ne se dément pas. En mars, la Ville mettra en vente 4 000 plantes, au total : la prochaine braderie aura lieu le samedi 10 mars, place des Vosges.