Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Pas d'amélioration sur le front des odeurs à La Talaudière

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

À La Talaudière, les riverains ont à nouveau passé un été difficile à cause de la pollution olfactive, du pôle viande et lait de la commune.

Le pole agro-alimentaire génère des nuisances olfactives depuis des années
Le pole agro-alimentaire génère des nuisances olfactives depuis des années © Radio France - Yves Renaud

La Talaudière, France

Rien que sur les mois d'été, la plateforme ODO dédiée aux signalement des mauvaises odeurs à La Talaudière a reçu pas moins de 49  communiqués provenant de 25 habitants du secteur. La plate forme ODO est gérée par l'organisme ATMO Auvergne Rhône Alpes

Malgré les promesses des industriels, les nuisances continuent et empoisonnent la vie des habitants 

Odeurs de viande avariée, d'œuf pourri ou de composés chimiques constituent le cocktail subi presque quotidiennement par les riverains. 

Cela continue à sentir suivant le temps, la pluie, la chaleur, le vent, c'est insupportable ! Il n'y a rien qui a été fait, on ne peut pas avoir les fenêtres ouvertes, on ne peut pas sortir ou manger dehors" - Paul, un riverain.  

Paul, un des habitants du lotissement qui borde le complexe, en a franchement ras le bol. Il subit ces odeurs quotidiennement : "Il n'y a rien qui a été fait, on ne peut pas avoir les fenêtres ouvertes"

Un des quartiers les plus proches du pole agro-alimentaire  - Radio France
Un des quartiers les plus proches du pole agro-alimentaire © Radio France - Yves Renaud

Claude Reynaud est le trésorier du collectif bien vivre à la Talaudière, il constate que les choses n'avancent pas malgré les promesses répétées des industriels. Une situation d'autant plus inquiétante que ces odeurs font peser des risques de santé pour les habitants

Des yeux irrités, il y a eu des problèmes dermiques, les animaux aussi souffrent paraît-il. Il y a un tas de petites choses qui sont pas très vivables et c'est pas très correct ce qu'on fait endurer aux gens. Cela fait quelques années qu’on subit ces désagréments, c’est dangereux, c’est du H2S qu'on nous fait respirer, c’est pas un gaz anodin. Alors c’est vrai que le procureur a l’air de vouloir faire avancer les choses, mais il a fallu des plaintes, des pétitions, des manifestations pour arriver à ce résultat et pendant ce temps, on continue à souffrir. On patiente, on patiente, mais on n’en a marre" - Claude Reynaud 

Les quartiers les plus proches du pole sont évidement les plus touchés  - Radio France
Les quartiers les plus proches du pole sont évidement les plus touchés © Radio France - Yves Renaud

Cet été, la plateforme de signalement ODO a enregistré 49 signalements. 

Ces 49 signalements proviennent de 25 personnes différentes habitant le secteur, proche du pôle agro alimentaire de La Talaudiere. Cette plateforme ODO, ouverte il y a deux ans pour Lyon et la vallée de l'Arve en Haute Savoie, a été étendue à toute la région depuis février dernier. Dans le cas précis de La Talaudière, elle permet aux habitants de signaler les périodes de pollution olfactive.

Sur le site, un questionnaire permet de préciser l'intensité, le ressenti de la gêne, la caractérisation de l'odeur et la durée du phénomène. Et ce chiffre estival de 49 signalements montre bien qu'il y a un véritable problème sur ce secteur alors que jusqu'ici, il n'y avait pas moyen de le mettre en lumière. Une absence qui arrangeait bien les industriels prompts à nier les phénomènes qu'ils jugeaient marginaux .

Une première transmission des données a été faite fin mai aux autorités compétentes et aux industriels, un autre pourrait suivre dans les prochaines semaines. Des données qui devraient permettre d'accentuer le pression sur les industriels qui ont promis de régler les choses au plus tard pour le mois de décembre prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu