Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Pas de neige à la Toussaint aux Deux-Alpes, une première en 40 ans

dimanche 29 octobre 2017 à 17:39 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère

La station ouvre habituellement son glacier aux skieurs pour les vacances, mais pas cette année faute de neige. Les commerces et responsables des Deux-Alpes tentent de positiver et de se diversifier pour survivre à ce changement climatique.

Pas de blanc à l'horizon, pas de ski dans la station.
Pas de blanc à l'horizon, pas de ski dans la station. © Radio France - Alexandre Berthaud

Les Deux Alpes, Mont-de-Lans, France

"On skie à cette époque d'habitude. Tant pis on le fera en décembre, là on prend l'air et on fait du vélo c'est tranquille". Nathalie est adepte de la formule "faire contre mauvaise fortune bon cœur". Cette Lyonnaise vient chaque année en famille aux Deux-Alpes pour les vacances de la Toussaint. Chaque année, le glacier est ouvert et elle chausse les skis : 2017 fait exception, et là elle "prend l'air", joue au ballon en baskets sur le goudron devant l'office du tourisme.

Un paysage d'été aux Deux-Alpes. - Radio France
Un paysage d'été aux Deux-Alpes. © Radio France - Alexandre Berthaud

Moins de fréquentation

"C'est tranquille, les gens sont détendus", la formule revient dans la bouche de Louison, patron du bistrot des Lutins, au centre de la station. La fermeture du glacier elle lui coûte de la fréquentation. Ce bistrot a été construit par ses grands-parents, en 1959. Depuis on en a peu vu des Toussaint sans neige, mais Louison reste optimiste : "c'est une histoire de pas de chance, l'an passé on en avait puis il n'a plus neigé jusqu'en janvier". Avec un été chaud et un automne sec le glacier est réduit à peau de chagrin.

Il faut regarder très très haut pour trouver de la neige. - Radio France
Il faut regarder très très haut pour trouver de la neige. © Radio France - Alexandre Berthaud

Aux remontées mécaniques, Jacques Ramusat, le directeur technique, est lucide : "on voit bien que ça (le niveau du glacier) baisse chaque année, il faut juste qu'on s'adapte". Mais comme les commerçants, il se sent optimiste, "c'est un challenge à relever, conserver l'attractivité de notre station". Un positivisme repris par Louison, d'autant qu'il a "fait une bonne semaine malgré tout, avec les randonneurs et les vététistes".

À défaut de casque de ski, un casque de vélo. - Radio France
À défaut de casque de ski, un casque de vélo. © Radio France - Alexandre Berthaud

Une nouvelle clientèle

Car les Deux-Alpes ont déjà entamé leur transition avec un domaine de VTT parmi les plus importants en France. Et faute de ski pour ces vacances de la Toussaint la station a testé l'ouverture d'un télésiège aux vététistes. Avec succès puisque durant la semaine la fréquentation a été similaire à celle connue l'été. "C'est positif", se réjouit Jacques Ramussat, "on voit qu'il y a des gens intéressés donc ça va nous servir pour la suite".

On attend patiemment le télésiège avec son VTT de descendre. - Radio France
On attend patiemment le télésiège avec son VTT de descendre. © Radio France - Alexandre Berthaud

Même son de cloche évidemment à la boutique "le camp de base", juste à côté du télésiège départ des vélos. Là-bas on se diversifie aussi pour survivre. Patrick avait rangé les deux roues fin août mais il a du ressortir le stock après l'annonce de la station il y a deux semaines. "C'est super, on voit des gens qui ne connaissaient pas le coin venir, il y a un nouveau public, si on combine avec le ski ça peut faire davantage qu'un 'petit plus' pour nous".

Plutôt que de farter ses skis on remonte sa selle. - Radio France
Plutôt que de farter ses skis on remonte sa selle. © Radio France - Alexandre Berthaud

Même si la journée VTT la plus réussie des vacances a vu plus de 2400 vélos emprunter le télésiège, les touristes ont peut-être été attiré par la gratuité de l'opération, testée durant la Toussaint. Et on reste loin des 3000 skieurs/jour minimum des vacances de fin octobre habituellement.