Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Pesticides dans les cultures de l'Hérault : danger pour ceux qui habitent à côté

mercredi 1 août 2018 à 16:19 - Mis à jour le lundi 30 avril 2018 à 16:19 Par Sébastien Garnier, France Bleu Hérault

Les traitements de pesticides mettent en danger la santé des agriculteurs, mais aussi celle des riverains des parcelles cultivées notamment les femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées. L'association Génération Futures reçoit de nombreux témoignages de victimes.

illustration
illustration © Maxppp -

Hérault, France

L'association Génération Futures qui a une antenne à Montpellier reçoit des centaines de témoignages sur le site victimes-pesticides.fr. "Je vis à quatre mètres des vergers, les agriculteurs lorsqu'ils traitent portent une combinaison d'astronaute avec une bulle sur la tête" s'inquiète cette riveraine près de Lunel (Hérault).

Autre témoignage à Villeneuve-Les-Maguelone: "Nous habitons à 100 mètres des vignes, un nuage toxique envahit notre jardin, cela provoque des maux de tête, d'autres évoquent des saignement de nez, des troubles neurologiques, des cancers".

La vigne reçoit en moyenne 13 traitements de pesticides en une année, la pomme 36.

La loi n'est pas en faveur des riverains

L'association Montpellier Génération futures parle de "phyto victimes", le nombre de témoignages est suffisant pour être inquiet de la situation et pour démontrer l'urgence a agir. Problème, la loi n'est pas favorable aux riverains et tous les producteurs ne la respectent pas. Le porte parole de l'association rappelle trois règles.

  • L'agriculteur doit pulvériser dans la parcelle cultivée, les buses orientées vers le sol et non vers l'extérieur
  • Il ne doit pas traiter par vent ( niveau 3 sur l'échelle de Beaufort) , quand les feuilles des arbres frémissent.
  • Suivant les produits, il ne doit pas traiter dans une zone allant de 5 à 20 mètres des habitations.
illustration - Maxppp
illustration © Maxppp -

Fermer les fenêtres et planter des haies pour se protéger

Il ne faut pas hésiter à aller voir l'agriculteur, lui demander qu'il vous prévienne avant de pulvériser, éventuellement alerter le maire de votre commune voir déposer une plainte contre x.

En attendant l'association rappelle quelques mesures simples à mettre en oeuvre: fermer les fenêtres lors des épandages et planter des haies hautes et denses qui servent de barrière naturelle aux produits.