Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Philippines : une infirmière girondine témoigne

dimanche 17 novembre 2013 à 14:27 - Mis à jour le dimanche 17 novembre 2013 à 19:58 Par Noémie Bonnin, France Bleu Gironde

Neuf jours après le passage du typhon qui a fait des milliers de morts aux Philippines, l'aide aux sinistrés a enfin commencé à arriver, dans les zones les plus touchées. Sur place, une infirmière girondine décrit une situation catastrophique.

Les Pompiers Solidaires aux Phillipines.
Les Pompiers Solidaires aux Phillipines. © Pompiers Solidaires

Neuf jours après le passage du typhon Haiyan aux Philippines, l'ONU décompte 4 500 morts, plus d'un millier de disparus, et deux millions de sans-abris. 

Une habitante de Soulac est actuellement sur place, à Tacloban (l'une des villes les plus touchées). Muriel Tron est infirmière bénévole auprès de l'association des Pompiers solidaires. Montagnes d'ordures, cadavres abandonnés, absence d'eau potable, de nourriture, d'électricité... La situation qu'elle décrit est catastrophique.

Les Philippines encore sous les décombres. - Aucun(e)
Les Philippines encore sous les décombres.

Avec ses trois équipiers, elle a pour mission de faire un premier état des lieux. Mais l'organisation des secours a été très compliquée, surtout dans les premiers jours. 

La logistique est très compliquée à mettre en place.

Dans les villes sinistrées, au départ l'insécurité était très grande, ce qui gênait aussi le déploiement des secours. Mais désormais, la situation s'est apaisée. Muriel a bon espoir pour la suite. 

"On est sur la bonne voie"

L'association des Pompiers Solidaires a besoin de dons, pour continuer son action sur place. Trente mille euros ont déjà été récoltés pour les missions d'extrême urgence, mais il faut aussi penser à la reconstruction. Vous pouvez apporter votre aide aux Pompiers Solidaires. 

"A l'hôpital on fonctionne à la bougie"