Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

PHOTOS - La réserve zoologique de la Haute-Touche vous propose de parrainer un animal

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Un tigre, une cistude ou encore un dhole : vous pouvez désormais parrainer des animaux à la réserve zoologique de la Haute-Touche. Une façon de diversifier les sources de financements du parc public.

Vous pouvez notamment parrainer les deux tigres de Sumatra
Vous pouvez notamment parrainer les deux tigres de Sumatra © Radio France - Jérôme Collin

Obterre, France

Contre 20, 50, 100, 350 ou 1 000 euros, vous pouvez parrainer cinq espèces animales à la réserve zoologique de la Haute-Touche, à Obterre (Indre). Les cistudes, les hyènes rayées, les cerfs, les dholes et les tigres de Sumatra. À chaque palier d'argent, vous avez des contreparties supplémentaires. Au minimum, vous disposez d'une fiche de présentation de l'animal que vous parrainez et de mails réguliers donnant des nouvelles de l'animal. Et progressivement, vous avez des accès gratuits pour la réserve zoologique et même des visites aux côtés d'un soigneur. 

Les dholes ressemblent à des renards - Radio France
Les dholes ressemblent à des renards © Radio France - Jérôme Collin

Une source de financement supplémentaire pour la réserve zoologique

Le directeur de la Haute-Touche ne s'en cache pas. Cette proposition de parrainage est une façon de diversifier les sources de financements. "La réserve est un établissement public. Or, les finances de l'Etat ne sont pas au beau fixe. Nous avons besoin de fonds pour nos projets", insiste Roland Simon. Le but est notamment de développer le parc et son attractivité. "C'est un moyen de développer notre implication dans la conservation des espèces que nous protégeons à la Haute-Touche", ajoute-t-il.

On a voulu que ces financements soient fléchés : les sommes collectées serviront aussi à rénover l'enclos des tigres"

- - Radio France
- © Radio France - Jérôme Collin