Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Climat – Environnement

Photovoltaïque à Villaines-la-Juhel : "quelqu'un de l'extérieur" ne doit pas "dicter ce qu'une collectivité doit faire"

mardi 10 avril 2018 à 17:25 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

La FDSEA s'oppose à un projet de parc de panneaux photovoltaïques au sol à Villaines-la-Juhel sur 7,3 hectares. Ces terres appartiennent à la communauté de communes et sont louées à des agriculteurs. La communauté de communes veut les récupérer pour les louer à une entreprise privée.

La centrale photovoltaïque au sol de Saint-Clar de Lomagne dans le Ger.
La centrale photovoltaïque au sol de Saint-Clar de Lomagne dans le Ger. © Maxppp - Saubi Jean Jacques

Villaines-la-Juhel, France

C'est un projet qui fait couler beaucoup d'encre à Villaines-la-Juhel, et qui n'a pas fini de faire parler de lui. La communauté de communes du Mont des Avalloirs vient de voter, le 29 mars, le lancement d'un projet de création d'un futur parc de panneaux photovoltaïques au sol, dans la zone d'activités de la Booerie, sur 7,3 hectares, au sud de Villaines-la-Juhel. Un projet voté avec 20 voix pour et 18 voix contre.

Des terres louées à des agriculteurs...

Ces terres appartiennent à la communauté de communes depuis quinze ans, elles seraient louées  par la collectivité locale à une entreprise privée, Quadran, pour installer et exploiter ces panneaux. Or depuis quinze ans, pour éviter qu'elles ne soient en friche, ces terres sont louées à quatre agriculteurs. Philippe Jehan, le président de la FDSEA de la Mayenne, s'oppose donc à la destruction de terres agricoles.

"Sur des terres à vocation agricole, on s'oppose formellement" - Philippe Jehan.

"Des agriculteurs exploitent ces terres, en 2017 il y avait du maïs sur ces parcelles. On ne peut pas cautionner de _laisser tomber des terres à vocations agricoles_. On ne peut pas s'opposer, nous agriculteurs, au développement de nos collectivités, des entreprises qui veulent se développer sur notre territoire, c'est aussi des emplois, et un dynamisme rural. Sachant que de l'autre côté, pour ce qui est du photovoltaïque au sol, sur des terres à vocation agricole, on s'oppose formellement", explique le président de la FDSEA.

Pour cela, Philippe Jehan invoque la charte "agriculture et urbanisme" signée en 2010 par l'association des maires, le conseil départemental, la Préfecture de la Mayenne et la chambre d'agriculture. Cette charte est seulement consultative.

... mais des terres classées en zone à urbaniser

Mais de toute façon, ces terres ont une vocation économique, c'est écrit dans le Plan Local d'Urbanisme voté en 2010 selon Daniel Lenoir, le maire de Villaines-la-Juhel et président de la communauté de communes du Mont des Avalloirs. Les agriculteurs sont donc au courant que la commune peut les récupérer pour y installer une activité économique. 

"C'est un terrain qui doit servir au développement économique" - Daniel Lenoir.

"_Il ne s'agit pas de terres agricoles_. Il s'agit de terres qui font partie intégrante de la zone d'activité de la communauté de communes, donc propriété de la communauté de communes, et qui sont répertoriées dans le cadre du plan local d'urbanisme donc un document officiel, qui dit clairement que c'est un terrain qui doit servir au développement économique. Or la production d'énergie, c'est avoir une activité économique", argumente Daniel Lenoir.

"Ce n'est pas à quelqu'un de l'extérieur de venir dicter ce qu'une collectivité doit faire" - Daniel Lenoir.

Et l'intervention de Philippe Jehan a le don d'agacer Daniel Lenoir. "Désolé, mais il me semble que ce n'est pas à quelqu'un de l'extérieur de venir dicter ce qu'une collectivité doit faire. Nous, nous avons des objectifs, nous avons des projets. On a défini des objectifs de développement des énergies renouvelables, et on est en plein dans cet objectif".

La porte ouverte à d'autres projets

Si ce projet se concrétise, il pourrait rapporter 38 000 euros par an pendant 20 ans à la communauté de communes, grâce à la location des terres (2000 euros par hectare par an) et aux taxes. Actuellement, les agriculteurs louent l'hectare cent euros par an. 

Le parc photovoltaïque au sol est donc beaucoup plus intéressant économiquement pour la communauté de communes, reconnait Daniel Lenoir : "C'est une somme qui n'est pas négligeable, et on doit travailler à constituer des ressources. Si on veut avoir des équipements, avoir des moyens, il faut qu'il y ait de l'activité économique"

"Beaucoup de maires rêvent de faire le même type de projets" - Philippe Jehan.

Le problème, selon Philippe Jehan le président de la FDSEA, c'est que "beaucoup de maires rêvent de faire le même type de projet. Ils n'attendent qu'une chose, que le projet de Villaines-la-Juhel aboutisse, pour pouvoir faire cette traînée de poudre sur notre département, qui mettra en difficulté l'élevage mais aussi participera à l'augmentation du prix de la terre en Mayenne".

De son côté, la Préfecture de la Mayenne nous fait savoir que dans les zones agricoles, les panneaux photovoltaïques sont incompatibles avec l'exercice d'une activité agricole. Et selon un décret de 2009, l'installation de panneaux photovoltaïques au sol est "à éviter dans les espaces agricoles, sauf en cas d'absence de déclaration de surface depuis 4 ans". Le maire de Villaines-la-Juhel estime lui qu'il ne s'agit pas de terres agricoles. 

Une réunion d'information est prévue le 16 avril à 20h30 à la salle municipale de Villaines-la-Juhel. Les études environnementales et techniques doivent commercer avant l'été.