Climat – Environnement

Pic de consommation électrique attendu jeudi en Vaucluse

Par Anne Domece, France Bleu Vaucluse mardi 17 janvier 2017 à 10:11

Le pic de consommation électrique est attendu jeudi
Le pic de consommation électrique est attendu jeudi © Maxppp - .

Conséquence directe de la vague de froid qui touche la France, un pic de consommation électrique est attendu jeudi. Selon RTE, ce pic pourrait dépasser les 100.000 mégawatts. Cela ne devrait pourtant pas entraîner de coupure de courant. N'empêche, en Vaucluse, communes et foyers s'organisent.

C'est mathématique : plus la température baisse, plus la consommation énergétique augmente.C'est le cas avec la vague de froid qui s'est installée en France depuis lundi.

Alors que le mercure devrait tomber mercredi et jeudi bien en dessous des normales saisonnières, RTE - le Réseau de Transport d'Electricité - s'attend à un pic de consommation. On pourrait dépasser les 100.000 mégawatts, comme en février 2012.

Pas de coupure prévue pour l'instant

RTE se veut pourtant rassurant : il ne devrait pas y avoir de coupures de courant. Mais le fournisseur pourrait demander à ses plus gros clients d'interrompre momentanément leur consommation. En France, 21 sites (des grosses entreprises, très gourmandes en énergie) sont volontaires pour le faire, moyennant compensation.

RTE pourrait aussi baisser de 5% la tension sur le réseau. Cela n'a aucune incidence dans les foyers, mais cela permet de garantir la fourniture d'électricité.

L'affaire de tous

Pour réaliser des économies d'énergie, nous pouvons tous faire des "éco-gestes" simples :

  • Baisser le chauffage d'un degré, cela permet d'économiser 7% de consommation.
  • Dégivrer son frigo, c'est 30% de consommation en moins.
  • Laver son linge à 30 degrés, cela consomme trois fois d'électricité qu'un lavage à 90.

Mais pour économiser l'énergie de manière vraiment efficace, le mieux est de limiter les déperditions. "Il faut isoler correctement son logement, tout simplement", explique Eric Balland, de l'Agence Locale pour la Transition Energétique, l'ALTE Grand-Avignon :

"Dans les logements mal isolés, 30% de la déperdition se fait par la toiture. Isoler les combles permet donc un fort gain énergétique. Mais cela ne suffit pas, il faut aussi penser aux fenêtres, aux murs, à la chaudière... En fait, il faut une approche globale." (Eric Balland)

Eric Balland

Réduire la consommation d'énergie, c'est aussi la préoccupation des collectivités, des communes.

Éclairage public en berne

La ville de Cheval-Blanc, par exemple, a décidé de ne pas allumer l'éclairage public cette semaine, pour ne pas participer au pic de consommation. "C'est notre petite contribution à l'intérêt général", explique le maire Christian Mounier :

"Couper l'éclairage public, ce n'est peut-être qu'une goutte d'eau, mais c'est un geste de solidarité envers ceux qui risquent des coupures électriques. Je ne veux pas me dire que c'est à cause de ma commune qu'on risque la panne." (Christian Mounier)

Christian Mounier, le maire de Cheval Blanc

D'autres communes, comme Cabrières d'Avignon, ont choisi de faire des économies à l'année. L'éclairage public est coupé toutes les nuits, de 1h à 5h du matin. Les bâtiments publics sont parfaitement isolés et les chauffages sont commandés à distance. Les économies ainsi réalisées sont très importantes, souligne René Moretti, conseiller municipal à Cabrières d'Avignon et président de la commission environnement :

"Nous avons baissé notre facture énergétique de 60% ce qui représente 40.000 euros d'économies à l'année." (René Moretti)

René Moretti

Aujourd'hui, de plus en plus de communes cherchent à diminuer durablement leur consommation d'énergie. Et pas seulement pendant les pics de consommation. Le Parc naturel régional du Luberon en recense à lui seul une bonne trentaine.