Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Plan biodiversité : l'exemple de la réserve naturelle de Chastreix - Sancy

mercredi 4 juillet 2018 à 18:39 Par Juliette Micheneau, France Bleu Pays d'Auvergne

Dans son plan biodiversité dévoilé ce mercredi, le ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot, préconise la création ou l'extension de 20 réserves naturelles nationales d'ici la fin du quinquennat. Des réserves qui ont fait leurs preuves comme celle de Chastreix-Sancy.

Thierry Leroy, conservateur de la réserve naturelle nationale de Chastreix - Sancy
Thierry Leroy, conservateur de la réserve naturelle nationale de Chastreix - Sancy © Radio France - Juliette Micheneau

Chastreix, France

C'est la plus grande réserve naturelle nationale du Massif Central : 1895 hectares pour cet espace préservé créé officiellement le 13 juillet 2007.

L'un des nombreux panneaux implantés sur les 42 kilomètres de périmètre de la réserve. - Radio France
L'un des nombreux panneaux implantés sur les 42 kilomètres de périmètre de la réserve. © Radio France - Juliette Micheneau

Avec bientôt 11 ans de recul, le conservateur, Thierry Leroy ne peut que constater le maintien de la biodiversité : "Les quelques suivis qu'on fait démontrent plutôt une stabilisation des espèces ou des effectifs." Pour ne donner que quelques exemples, Chastreix-Sancy est la réserve naturelle qui compte le plus de lichens en France : 417 espèces ! Les dernières relevés ont aussi permis de comptabiliser 1150 espèces d'insectes, sachant qu'il en reste encore à identifier.

Comment évolue la biodiversité dans la réserve de Chastreix-Sancy ? Réponse du conservateur, Thierry Leroy

Le système de la "tente malaise" permet de capturer les insectes pour les identifier. - Radio France
Le système de la "tente malaise" permet de capturer les insectes pour les identifier. © Radio France - Juliette Micheneau

Des concertations avec les forestiers et les agriculteurs

"Sur certains secteurs qu'on a réussi à préserver avec des mesures spécifiques, en liaison avec les agriculteurs et les forestiers, là on a va augmenter plutôt une augmentation de la biodiversité", confirme Thierry Leroy. Par exemple, un peu plus de 400 arbres "remarquables" ne seront pas coupés. Environ 300 hectares de forêt sont exploités sur la réserve, mais 80 hectare, eux sont préservés pour laisser la forêt s'exprimer : "Ça permet au bois de grossir, de vieillir, et d'avoir des forêts avec du bois mort parce que le bois mort permet l'accueil d'un tiers de la biodiversité forestière".

Balade dans la réserve naturelle nationale de Chastreix-Sancy avec son conservateur, Thierry Leroy.

Le travail du conservateur, c'est aussi accompagner des agriculteurs souvient réticents à la création de la réserve mais qui finissent parfois par demander conseil sur certaines de leurs pratiques. La nature est aussi un atout touristique, à condition de la préserver en canalisant sur les chemins balisés les 200 000 visiteurs qui fréquentent chaque année les crêtes du Sancy.