Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Plan pour la biodiversité : des réactions plutôt favorables en Berry

jeudi 5 juillet 2018 à 4:36 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Le gouvernement envisage plusieurs mesures à destination des collectivités et des agriculteurs pour la protection de l'environnement, des mesures assez bien accueillies en Berry.

Ce plan permettra-t-il de sauver les abeilles ?
Ce plan permettra-t-il de sauver les abeilles ? © Maxppp - Christian Watier

Châteauroux, France

D'après les premières mesures du plan pour la biodiversité, les collectivités devront à l'avenir publier les quantités de pesticides utilisées sur leur territoire. Illustration avec la ville de Déols dans l'Indre. "En 2008 on n'était pas un bon exemple, on consommait 240 litres de désherbant classé, et là depuis cinq ans, on est à zéro litre utilisé dans l'ensemble du parc", explique Tonio Audonnet, responsable des ateliers municipaux de Déols.

Moins de pesticides sur les trottoirs

Si depuis le 1er janvier 2017 les communes ont interdiction de vaporiser des produits chimiques dans les jardins et les espaces verts publics, des produits phytosanitaires sont encore utilisés par certaines collectivités. "Principalement dans les cimetières, quelques trottoirs et quelques parcs et jardins qui sont vraiment éloignés du centre-ville". 

Ce plan va dans le bon sens"

Selon Tonio Audonnet ce plan va dans le bon sens pour la protection des insectes. "La coccinelle qui détruit le puceron si elle ramasse un coup de désherbant elle ne va pas être très contente, on a les syrphes aussi qui détruisent pas mal de pucerons mouches, on a des guêpes qui font la même chose". D'autant qu'il existe bon nombre de méthodes alternatives, comme l'essence de géranium, un produit naturel. "L'acide de pelargonium, dilué à quelques grammes dans l'eau est répandu en pulvérisation sur les mauvaises herbes et les plantes adventices".

Développer le photovoltaïque...

Les panneaux photovoltaïques fleurissent sur les hangars agricoles de nos campagnes. - Maxppp
Les panneaux photovoltaïques fleurissent sur les hangars agricoles de nos campagnes. © Maxppp - Christian Watier

Autre mesure envisagée : rémunérer les agriculteurs qui ont recours aux énergies renouvelables, comme les panneaux photovoltaïques. Yann Dubois de la Sablonnière est président dans l'Indre du syndicat de la propriété rurale, lui-même céréalier à Chouday, près d'Issoudun. "J'ai construit sur mon exploitation des bâtiments photovoltaïques qui ont pour vocation de stocker des céréales mais je peux les rentabiliser beaucoup plus facilement grâce à l'énergie photovoltaïque".

... et le combiner avec une production agricole 

Selon lui la mesure ne va pas assez loin : il faudrait inciter les agriculteurs à installer des panneaux photovoltaïques sur des terrains agricoles à faible rentabilité, en complément des cultures. "Sachant que les panneaux peuvent avoir l'avantage de combiner une production agricole sédentaire telle que le pâturage de moutons ou les plantes mellifères utiles aux abeilles".

"Il faudrait installer le photovoltaïque sur des terrains agricoles à faible rentabilité"

"Ce n'est pas de l'artificialisation des sols comme on l'entend, ces panneaux sont juste posés sur le sol et à l'issue du contrat ils peuvent être ôtés sans aucun préjudice, ce qui n'est pas le cas de l'énergie éolienne", explique-t-il.

Planter des haies dans les exploitations

Le plan vise aussi à encourager financièrement les exploitants qui mettront en place des actions de protection de la biodiversité comme la création de haies (un abri naturel pour les oiseaux et les insectes). Autre annonce : la suppression progressive de 12 produits en plastique à usage unique "retrouvés le plus fréquemment sur les plages" comme les pailles ou les touillettes à café et la création ou l'extension de "vingt réserves nationales d'ici la fin du quinquennat".