Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Plantes aquatiques : au port de Saint-Jean-de-Losne, "30% de clients en moins" en à peine trois ans

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les plantes aquatiques prolifèrent dans la Canal de Bourgogne. Une situation devenue critique qui pourrait finir par avoir des répercussions sur l'activité économique de la région. L'entreprise H2O, installée sur le port de Saint-Jean-de-Losne, explique avoir perdu 30% de sa clientèle.

Comme le reste du Canal de Bourgogne, le port de Saint-Jean-de-Losne est envahi par les plantes aquatiques.
Comme le reste du Canal de Bourgogne, le port de Saint-Jean-de-Losne est envahi par les plantes aquatiques. © Radio France - Damien Mestre

Elles sont de retour, comme chaque été : les plantes aquatiques du Canal de Bourgogne. Depuis plusieurs années, elles envahissent les canaux et plans d'eau du département. Jusqu'à rendre la situation de plus en plus problématique pour l'économie locale liée au trafic fluvial. 

"Depuis l'arrivée de ces plantes, il y a 3/4 ans, nous avons perdus 30% de notre clientèle", explique Max Gérard, co-gérant de l'entreprise H2O qui occupe le port de Saint-Jean-de-Losne. "Malgré cette diminution d'activité, nous devons quand même continuer à investir pour réduire la prolifération... Cela devient compliqué".

Une aide des autorités ?

Face à ce problème récurent, l'entreprise n'a pas beaucoup de solutions. Trois à quatre fois par an, elle procède à des opérations de "faucardage", mais cela ne suffit plus à endiguer la prolifération. 

Max Gérard assure que les autorités sont parfaitement conscientes du problème. "Les  partenaires publics réalisent bien que le problème est sérieux, et qu'il va falloir le régler si l'on veut garder de l'emploi à Saint-Jean-de-Losne". Malheureusement, personne ne semble vraiment avoir la solution : "on reste dans le flou, aucun des acteurs n'a de solution miracle".

Max Gérard, co-gérant de l'entreprise H2O, au port de Saint-Jean-de-Losne..  - Radio France
Max Gérard, co-gérant de l'entreprise H2O, au port de Saint-Jean-de-Losne.. © Radio France - Damien Mestre

Pour tenter d'enrayer la prolifération, l'entreprise compte réaliser des analyses de l'eau et des sédiments présents dans le bassin. Cette expertise permettra d'envisager une solution de long terme, la plus adaptée possible. 

"Injecter des bulles d'oxygène, mettre en mouvement l'eau du port, ou bien empêcher le processus de photosynthèse sont autant de pistes envisageables", détaille Max Gérard. Si cette dernière option est retenue, l'entreprise pourrait faire poser une bâche spécialement conçue sur tout le fond du bassin, afin de bloquer le développement des plantes aquatiques.