Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Pluies continues en Touraine: une bonne nouvelle pour les réserves en eau

mardi 30 janvier 2018 à 16:54 Par Denis Guey, France Bleu Touraine

La Touraine n'a pas battu de record de pluviométrie au cours des deux derniers mois. Mais nos ressources en eau bénéficient largement de ce long épisode pluvieux

Des pluies désagréables mais utiles pour les réserves en Touraine
Des pluies désagréables mais utiles pour les réserves en Touraine © Maxppp - Julio Pelaez

Indre-et-Loire, France

Les pluies continuelles qui tombent en Touraine commencent à lasser tout le monde et pourtant on est loin d'une situation exceptionnelle. Il n'est tombé que 130 à 140 mm d'eau cumulés au cours des mois de décembre et janvier. Rien à voir avec les 282 mm en moyenne constatés au niveau national par Météo France. Rien à voir non plus avec l'hiver 94-95 en Indre et Loire où il était tombé 220 mm d'eau en deux mois.

En temps normal, nous constatons 140 à 150 mm d'eau cumulés de décembre à janvier. Or en décembre nous avons eu 70 à 80 mmm et en janvier ce sera à peu près pareil. Seuls des secteurs comme le Sud Touraine du côté de Ferrière-Larçon et l'Est du côté d'Amboise ont été plus arrosés avec 200 mm de pluies cumulées  -Daniel Vendramini, le responsable de la station de Météo France à Parçay-Meslay

Pas de record de cumul de pluies en Touraine donc, mais une situation pluviométrique très favorable au regard du printemps et de l'été prochain pour l'irrigation des cultures.

Ces pluies ont quelque chose de rassurant car on a besoin de reconstituer nos réserves pour les sols et pour les cultures. En plus, c'est une  eau qui descend plus ou moins lentement et qui recharge les nappes en douceur  -Jean-Claude Robin, spécialiste des questions d''eau à la chambre d'agriculture d'Indre et Loire

Les agriculteurs restent prudents. Ils attendent de voir ce que sera la pluviométrie en février et mars, deux mois stratégiques en vue du printemps et de l'été.