Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Plusieurs centaines de personnes se mobilisent sur le Pont Neuf à Toulouse pour le climat

samedi 13 octobre 2018 à 20:50 Par Raphaël Cann, France Bleu Occitanie

Des marches pour le climat étaient organisées ce samedi un peu partout en France. A Toulouse, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à la Prairie des Filtres puis sur le Pont Neuf dans l'objectif d'interpeller les pouvoirs publics sur les enjeux environnementaux.

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté pour le climat sur le Pont Neuf à Toulouse
Plusieurs centaines de personnes ont manifesté pour le climat sur le Pont Neuf à Toulouse © Radio France - Raphaël Cann

Toulouse, France

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce samedi après-midi à la Prairie des Filtres puis sur le Pont neuf à Toulouse pour manifester pour le climat. Des marches étaient organisées un peu partout en France dans le cadre d'un appel national du collectif "Il est encore temps". Dans la ville rose, le défilé devait partir du Capitole, mais le trajet n'a pas été validé par la préfecture pour des raisons de sécurité.

Sur le pont, aux cris des "On est plus chauds que le climat" ou encore "Changeons le système, pas le climat", les manifestants ont réalisé une chaîne humaine.  "Le but c'est de montrer qu'on est tous lié dans le même espoir de voir changer les choses. On en a marre de la politique des petits pains, on veut de vrais changements." résume Maxime, l'un des organisateurs de la manifestation.

Un "atelier pancarte" était organisé à la Prairie des Filtres avant le rassemblement - Radio France
Un "atelier pancarte" était organisé à la Prairie des Filtres avant le rassemblement © Radio France - Raphaël Cann

En lettres colorées, Raphaël a écrit "Gouvernement, feignants pour l'environnement" sur une pancarte. Il veut "montrer au gouvernement qu'ils n'en font pas assez pour le climat." Pour Maxime, un autre manifestant, "c'est important juste de montrer que les Français sont concernés et veulent que ça change."

Dans la manifestation, certains font figure de vétérans de l'écologie. Marie milite depuis 40 ans pour le climat. "Depuis plusieurs décennies, rien n'a été fait. On a toujours été considérés comme des hurluberlus", raconte cette retraitée. "Le changement climatique, on le voit actuellement.  Mes petits-enfants, je ne sais pas quel futur ils vont avoir. Je trouve ça dramatique."

Des ateliers à la Prairie des Filtres

Avant d'aller au Pont Neuf, les manifestants se sont réunis pour des ateliers à la Prairie des Filtres. Dispersés en différents thèmes comme le climat, l'énergie ou l'alimentation, des associations écologistes ont pu présenter des initiatives comme une coopérative de panneaux solaires ou fournir une liste des restaurants vegans de Toulouse. Un arbre à engagement était aussi installé. "Le principe, c'est que les gens viennent écrire des engagements qu'ils tiennent ou veulent tenir. On va partager les plus sympas pour que ça inspire les gens", explique Noémie, l'une des organisatrices. 

L'arbre à engagement où les manifestants pouvaient écrire leurs gestes pour l'environnement - Radio France
L'arbre à engagement où les manifestants pouvaient écrire leurs gestes pour l'environnement © Radio France - Raphaël Cann

Ce n'est pas la première marche pour le climat, ni la dernière

C'est la deuxième marche de ce type organisée à Toulouse. Comme la précédente, le 8 septembre dernier, cette mobilisation était organisée par le collectif "Il est encore temps Toulouse" dont font partie des membres de Gaïa, l'association écologiste de Sciences Po. Julie Pasquier, vice-présidente de l'association, souhaite désormais organiser de son côté une mobilisation par mois: "Ce qu'on aimerait, c'est innover. On aimerait aussi faire des réunions citoyennes, des débats, recueillir de vrais idées qui viennent des citoyens pour montrer aux pouvoirs publics qu'on a des solutions.