Climat – Environnement

Poids lourds et utilitaires anciens bannis du centre-ville de Grenoble au 1er janvier 2017

Par Laurent Gallien, France Bleu Isère et France Bleu lundi 26 décembre 2016 à 6:00

Poids lourds (illustration)
Poids lourds (illustration) © Maxppp -

A partir du 1er janvier 2017 la Métropole de Grenoble franchit un autre cran dans la lutte contre la pollution : les véhicules de transport de marchandises les plus anciens sont bannis du lundi au vendredi d'un centre-ville élargi, qui devient ZCR, Zone à Circulation Restreinte.

Dans sa lutte engagée pour la qualité de l'air, la Métropole grenobloise a mis en place de nouvelles mesures lors des pics de pollution mais elle adopte aussi de nouvelles règles valables toute l'année, dans l'espoir de traiter la pollution de fond. C'est ainsi qu'à partir du 1er janvier, les camions immatriculés avant octobre 2001 et les utilitaires immatriculés avant octobre 1997 ne pourront plus circuler de 6 heures à 19 heures, du lundi au vendredi, dans toute la partie de Grenoble située au nord des Grands Boulevards. Le modèle c'est celui des "zones à basses émissions" et "zones à circulation restreinte" qui se multiplient dans de nombreuses villes d'Europe, avec des méthodes différentes.

Éliminer le transport diesel du centre-ville

"L'ennemi" visé par la nouvelle mesure grenobloise est le Diesel, carburant utilisé par la plupart des véhicules de livraison et de transport de marchandises, qui représentent eux-mêmes "un tiers des émissions de particules et la moitié des polluants NOx (le monoxyde d'azote et le dioxyde d'azote), qui nous affectent plutôt l'été" explique Yann Mongaburu, le président du Syndicat Mixte des Transports en Commun de la Métropole (SMTC), chargé de la politique en matière de déplacements.

En excluant à partir de maintenant 3 à 5% du parc total des véhicules de transport de marchandises qui circulent dans le bassin grenoblois, le but est d'enclencher le mouvement pour pousser notamment leurs propriétaires à changer de véhicules et d'aller, ajoute Yann Mongaburu "vers le GPL, le GNV, l'électrique ou même l'essence qui est une partie de la solution face au problème nocif du Diesel".

Les commerçants non sédentaires exemptés. Pour l'instant...

Et le mouvement va se poursuivre : la ZCR, Zone à Circulation Restreinte, devrait être élargie d'ici 2020 et les restrictions de véhicules peut-être aussi. "Ça laisse le temps au monde économique de s'organiser" dit Yann Mongaburu. En attendant, les premiers panneaux informatifs sur cette mesure, qui entre en vigueur au 1er janvier, ne seront installés que courant janvier. La verbalisation des contrevenants ne pourra intervenir qu'à partir de février. Certains poids-lourds et utilitaires sont exclus de la mesure : ceux qui transportent des personnes (bus, autocars, minibus...), les véhicules de secours... etc.

Les commerçants non-sédentaires sont également exemptés pour l'instant (voir ci-dessous), comme "dans toutes les zones basses émissions qui existent en Europe" justifie Yann Mongaburu, "parce qu'on sait que c'est une filière qui a des difficultés particulières sur le plan économique". "Ce qui n'empêche pas de travailler avec elle" pour aller dans le sens de l'abandon du Diesel, conclut l'élu. Depuis peu, la prime gouvernementale de transition d'un vieux Diesel vers un véhicule plus propre est, par exemple, aussi ouverte aux professionnels et taxis.

En parallèle, la Métropole grenobloise développe aussi deux "plateformes de distribution urbaine" à Noyarey et au Marché d'Intérêt National (MIN) de Grenoble, qui proposent un service de véhicules propres pour effectuer la livraison du dernier kilomètre dans la Zone à Circulation Restreinte.

  - Aucun(e)
-
Zone à circulation restreinte : les exemptions - Aucun(e)
Zone à circulation restreinte : les exemptions - Source : smtc-grenoble.org