Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Polémique sur l'élagage : "c'est la guerre" commente Allain Bougrain-Dubourg en visite en Corrèze

samedi 31 mars 2018 à 18:54 - Mis à jour le dimanche 1 avril 2018 à 8:14 Par Justine Dincher, France Bleu Limousin

Le président de la ligue pour la protection des oiseaux s'est dit "scandalisé" par les centaines d'arbres récemment coupés en Corrèze. Il a promis d'en parler à Nicolas Hulot, ministre de l'écologie.

Le président de la ligue de protection des oiseaux est venu apporter son soutien aux associations environnementales.
Le président de la ligue de protection des oiseaux est venu apporter son soutien aux associations environnementales. © Radio France - Justine DINCHER

Nespouls, France

"C'est un exemple inacceptable" : le patron national de la ligue pour la protection des oiseaux (LPO) prend position dans le conflit qui oppose les associations environnementales et le conseil départemental de la Corrèze. Samedi 31 mars, Allain Bougrain-Dubourg a profité d'une conférence à l'université de Limoges (à Brive), pour rencontrer les militants qui se mobilisent contre l'élagage abusif dans le département. Ces militants dénoncent des coupes d'arbre excessives, qui auraient des conséquences dramatiques sur les arbres et sur l'éco-système

C'est pire qu'il ne le pensait

Le président de la LPO s'est dit "surpris", "scandalisé" et "triste" après ce qu'il a vu : des centaines d'arbres couchés sur le bas-côté au bord d'une route près de la commune de Nespouls. "Là, c'est vraiment la guerre. C'est du grand n'importe quoi. Nous pouvons concevoir qu'il y ait des coupes qui s'imposent pour des raisons de sécurité, mais nous ne sommes pas du tout dans cette configuration ici. Faire des abattages aussi violents et aussi importants en pleine période de reproduction, c'est inacceptable. Et que l'on arrête de donner des leçons aux Africains pour sauver leurs éléphants, alors que nous ne sommes pas capables de maintenir une diversité sur notre propre territoire".

Un message au ministre de l'environnement

Allain Bougrain-Dubourg a soutenu les militants présents dans leur demande de moratoire : "je ne manquerai pas d'en parler au cabinet de Nicolas Hulot. Il faut qu'il y ait, dans les plus brefs délais pour que les gens se mettent autour de la table. Les associations de naturalistes ne sont pas des excités du bocage, ce sont des gens prêts à admettre qu'il y a des obligations. Mais faisons-le calmement, loyalement, dans l'intérêt de la nature et donc dans l'intérêt général".