Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Pollution à l'ozone : 2018, année record en Ile-de-France

mardi 18 septembre 2018 à 17:46 Par Émilie Defay, France Bleu Paris et France Bleu

L'année 2018 a été marquée par un épisode de pollution à l'ozone jamais vu depuis 2003 en Île-de-France. Une situation qui devrait se répéter avec le réchauffement climatique.

Vue de Paris depuis le ballon Generali, dans le parc André Citroën. Au fond, on distingue la couche de pollution
Vue de Paris depuis le ballon Generali, dans le parc André Citroën. Au fond, on distingue la couche de pollution © Radio France - Emilie Defay

Île-de-France, France

L’île-de-France a connu 11 jours de pollution à l'ozone en 2018. Un record depuis la canicule de 2003 (19 jours). Ce bilan a été dressé mardi, à la veille de la Journée nationale de la qualité de l'air, par Airparif et les partenaires du ballon Generali, qui mesure la pollution dans le parc André-Citroën, dans le 15e arrondissement. 

Cette situation s'explique par les différents épisodes de canicule qui ont eu lieu en juillet et en août, l'ozone étant un gaz qui se forme sous l'effet de la chaleur et du fort ensoleillement, à partir de polluants issus principalement du trafic routier. "Il faut s'attendre à des épisodes de ce genre chaque été avec le réchauffement climatique", prévient Karine Léger, directrice de la communication d'Airparif, l'organisme chargé de surveiller la qualité de l'air en Île-de-France. 

L'ozone est ainsi le seul polluant qui augmente (son taux a doublé en 25 ans) alors que la tendance est à la baisse depuis plusieurs années pour les autres polluants, particules fines et dioxydes d'azote notamment.

L'ozone, un gaz toxique pour l'homme

La pollution à l'ozone a des conséquences sur la santé. "C'est un gaz irritant pour le nez, la gorge et les oreilles. Et il diminue les fonctions respiratoires", explique le docteur Pierre Souvet, cardiologue et président de l'Association Santé Environnement France. "Chez les enfants par exemple, il provoque des crises d'asthme ou augmente leur intensité". 

Le 26 juillet 2018, jour où la pollution à l'ozone a été la plus importante cet été en Île-de-France, le nombre d'hospitalisations a doublé par rapport à un journal. A long terme, on estime que cette pollution est responsable de 7700 décès prématurés chaque année en France. 

L'ozone a également un impact sur les végétaux et provoque une baisse de rendement des cultures de 10% selon l'INRA, l'Institut national de la recherche agronomique.