Climat – Environnement

Pollution : Grenoble est toujours en limitation de vitesse et le Nord-Isère envisage une A43 à 110km/h

Par Laurent Gallien et Céline Loizeau, France Bleu Isère mercredi 21 décembre 2016 à 17:49

La Communauté d'Agglomération Porte de l'Isère souhaite que l'autoroute passe à 110km/h dans sa traversée
La Communauté d'Agglomération Porte de l'Isère souhaite que l'autoroute passe à 110km/h dans sa traversée © Maxppp -

Alors que le bassin grenoblois reste au-dessus des 50µg de particules fines par mètre cube d'air, la CAPI en Nord-Isère émet le vœu de voir l'A43 qui la traverse passer à 110km/h. Pour lutter contre les pollutions atmosphérique et sonore.

Ce jeudi est le 3e jour du nouveau pic de pollution aux particules fines qui touche la Métropole grenobloise. Le deuxième de la saison. Les mesures suivantes sont donc reconduites :

  • La vitesse est réduite de 20 km/h sur les voies où la vitesse maximale est supérieure ou égale à 90 km/h, sur le territoire des 49 communes de la Métropole grenobloise, de la Communauté de communes du Grésivaudan et sur certaines communes de la Communauté d’agglomération du Pays Voironnais.
  • La vitesse est réduite à 70 km/h sur les autoroutes A51, A480, A48 entre les péages de Vif et Voreppe, et A41 entre Carronnerie et le péage de Crolles.

Des mesures de restrictions de circulations seront prises à partir du 5e jour si la pollution persiste à ce niveau. Soit samedi pour ce pic là.

En Nord-Isère l'idée d'une autoroute à vitesse limitée fait son chemin...

En Nord-Isère la CAPI, communauté d'agglomération Porte de l'Isère, en a fini avec l'épisode de pollution qui l'a concerné pendant près de 3 semaines dans le sillage de la Métropole lyonnaise mais mardi soir elle a adopté parmi ses actions "transitions énergétique", le passage de 130 à 110 km/heure de l'A43 sur les 21 km qui traversent 9 communes du territoire entre l'échangeur de Coiranne et la barrière de péage de St Quentin Fallavier, via Bourgoin-Jallieu, L'Isle d'Abeau, Villefontaine et La Verpillière.

Une idée appuyée par l'association environnementale Apie et par Que choisir, que le vice-président de l'Agglomération en charge du développement durable espère même voir devenir réalité dès le courant de 2017, "ça permettrait une réduction notable des émissions de certaines particules" explique Jean-Bernard Griotier "et il nous est apparu que dans l'ensemble des actions qu'on est amené à entreprendre celle-ci était une des premières à mettre en route".

... mais fait aussi débat

Pour l'élu lutter contre la pollution est une affaire de fond et pas seulement de mesures ponctuelles. Quand on lui fait remarquer que ça n'est en général pas très populaire auprès des automobilistes il répond : "nos concitoyens sont sensibles et ils sont maintenant conscient des réels enjeux".

Des automobilistes qui ne sont pas les seuls à convaincre puisque dès le vote de la CAPI, Jean-Claude Pardal, adjoint à la sécurité de la ville de Bourgoin-Jallieu, coupée en deux par l'A43, a fait connaître son désaccord en disant attendre des preuves scientifiques de l'impact du passage de 130 km/h à 110 sur la pollution. La Verpillère ne semble pas emballée non plus. Et ce sont bien les communes qui ont encore ici le pouvoir de réclamer un abaissement de vitesse auprès de la Préfecture.

Jean-Bernard Griotier, vice-président au développement durable de l'Agglomération Porte de l'Isère