Climat – Environnement

Pollution à Grenoble : les premiers contrôles avec verbalisation ont eu lieu mardi matin

Par Julien Morin, France Bleu Isère mardi 24 janvier 2017 à 16:06

Un point de contrôle anti-pollution de la gendarmerie au péage de Crolles mardi matin
Un point de contrôle anti-pollution de la gendarmerie au péage de Crolles mardi matin © Radio France - Julien Morin

Mardi, l'agglomération grenobloise est entrée dans son cinquième jour de pic de pollution. Ainsi, les mesures de restriction sont entrées en vigueur. Les véhicules trop vieux pour bénéficier d'une vignette Crit'Air ne peuvent pas circuler, et désormais, ils peuvent être verbalisés.

Depuis mardi matin, et ce jusqu'à la fin du pic de pollution, les voitures immatriculées avant 1997 et les camions et deux-roues antérieurs à 2001 doivent rester au garage. C'est la deuxième fois en un mois et demi que la Métropole de Grenoble applique ces restrictions de circulation. La nouveauté, c'est que cette fois les automobilistes ne se conformant pas à ces mesures peuvent être verbalisés. Plusieurs points de contrôles - à chaque péages d'autoroute d'entrée sur Grenoble - ont été mis en place par les forces de l'ordre.

L'absence de vignette Crit'Air pas encore verbalisé

Le coût de l'amende : 22€. Mais mardi matin, aucune verbalisation au point de contrôle du péage de Crolles. "Les gens sont conscients des problèmes liés à la pollution", constate le chef d'escadron départemental de la sécurité routière Olivier Kempf. Comme Jean-François, manutentionnaire dans une clinique à Grenoble, beaucoup se sont "renseignés sur internet" avant de prendre la route. Pas de véhicule de plus de vingt ans, toutefois, beaucoup d'automobilistes ne sont pas encore équipés de la pastille Crit'Air. C'est le cas de Jean-François qui l'a "reçue mais pas encore apposé sur (son) pare-brise". Pas de panique, pour l'instant, l'absence de pastille n'est pas verbalisée. Une tolérance de trois mois à compter de la date de mise en vigueur est respectée par les autorités - il faudra donc l'avoir sur son pare-brise le 1er février prochain.

Si la Métropole grenobloise est toujours en pic de pollution jeudi, les véhicules équipés de vignettes Crit'Air 4 et 5 ne pourront pas circuler

Dans la file des véhicules arrêtés, quelques porteurs de vignettes 4 et 5, c'est le cas de Jean-François. Si le pic de pollution continue jusqu'à jeudi -on entrera alors au jour 7- les véhicules équipés de pastilles 4 et 5 (soit les diesels immatriculés avant 2006) ne pourront pas circuler, il faudra alors trouver des alternatives pour se déplacer. "J'ai un autre véhicule qui a une vignette 3 donc je le prendrai, raconte Jean-François. Il va falloir que l'on s'arrange avec ma femme pour le travail, mais ça va être compliqué."

  - Visactu
© Visactu -