Climat – Environnement

Pollution : pas de circulation alternée à Paris jeudi

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris Région mercredi 18 mars 2015 à 12:12 Mis à jour le mercredi 18 mars 2015 à 12:30

Pollution de l'air Paris
Pollution de l'air Paris © Maxppp

"D'un point de vue réglementaire, la mairie n'est pas en mesure de demander la circulation alternée" indique la ville de Paris au micro de France Bleu 107.1 ce mercredi midi. En clair, les conditions ne sont pas remplies. Si la pollution est élevée ce mercredi en région parisienne, la qualité de l'air devrait quelque peu s'améliorer demain. La mairie réclame un changement de la règlementation.

La circulation alternée ne sera donc pas mise en place ce jeudi, à Paris, et ce, malgré un nouvel épisode de pollution aux particules fines PM10 attendu. Mais les conditions ne sont pas remplies, explique ce mercredi midi l'adjoint au maire en charge des transports, Christophe Najdovski.

"D'un point de vue des textes, la situation n'est pas assez grave" - Christophe Najdovski

En effet,si la pollution en Ile-de-France atteint ce mercredi un indice élevé (90/100 selon Airparif), jeudi, la situation doit s'améliorer quelque peu pour se fixer à un indice moyen de 73/100. En clair, on ne sera plus en seuil d'alerte mais seulement en seuil d'information, ce qui, selon le règlement, ne permet pas de prendre des mesures de circulation alternée. La mairie de Paris réclame aujourd'hui un changement des règles .

S Pollution Najdo 12h

Rappelons que la circulation alternée avait été mise en place l'an passé, en mars 2014, durant une journée à Paris. Concernant la journée de mercredi, les restrictions de circulation sont toujours en vigueur jusqu'à minuit : il est obligatoire d'abaisser la vitesse maximale de 20 km/h en Ile-de-France, à savoir de rouler à 110 sur les portions d'autoroutes limitées à 130, 90 au lieu de 110 sur les voies rapides, 70 au lieu de 90 sur les départementales.

Une règlementation reprécisée dans un communiqué ce mercredi matin par la préfecture de police de Paris :

"Le Préfet de police exerce, sur l’Ile de France, la compétence pour la gestion des pics de pollution, en application de l’arrêté interministériel du 26 mars 2014 et de l’arrêté interpréfectoral du 7 juillet 2014. Ce nouveau cadre juridique, entré en vigueur depuis le 1er juillet 2014, prévoit une nouvelle procédure dite de « persistance » pour les épisodes de pollution aux particules fines. La procédure d’information et de recommandation évolue automatiquement en procédure d’alerte en cas de persistance de l’épisode. Un épisode est considéré comme persistant lorsqu’il est caractérisé par un constat de dépassement du seuil d’information et de recommandation (50 micro gramme en moyenne sur 24H) durant deux jours consécutifs et par une prévision de dépassement de ce même seuil pour le jour même et le lendemain. Ce nouveau dispositif repose sur l’idée que l’exposition persistante à un seuil inférieur au seuil d’alerte peut provoquer des effets sanitaires négatifs importants. Dès lors que l’on se trouve dans une situation de persistance, le Préfet de police dispose des mêmes prérogatives étendues que dans le cas du franchissement du seuil d’alerte. Il peut prendre des mesures contraignantes comme la réduction des vitesses, la restriction de la circulation des poids lourds en transit ou la mise en place de la circulation alternée. Mais ces mesures doivent rester progressives et proportionnées aux enjeux sanitaires. Elles sont proposées par un collège d’experts qui se détermine au regard de la situation de la qualité de l’air, de l’origine de la pollution, locale ou importée, des conditions météorologiques et des perspectives d’évolution".

Partager sur :