Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Affaire du crassier d'ArcelorMittal Florange

Pollution présumée à l'acide chez ArcelorMittal Florange : un an après la vidéo, où en est l'enquête ?

mardi 3 juillet 2018 à 19:55 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Il y a un an, France Bleu publiait la vidéo du lanceur d'alerte dénonçant une pollution à l'acide sur le crassier d'ArcelorMittal Florange. La direction du site a affirmé début juin aux élus du CE qu'il n'y avait pas de traces d'acide dans les premiers résultats des analyses mais l'enquête continue.

Extrait de la vidéo de Karim Ben Ali
Extrait de la vidéo de Karim Ben Ali © Radio France - Karim Ben Ali

Florange, France

Il y a un an, le 4 juillet 2017, France Bleu Lorraine publiait la vidéo choc d'un intérimaire d'une entreprise sous-traitante d'ArceloMittal Florange expliquant avoir déversé, à la demande de sa hiérarchie, de l'acide sur le crassier de l'usine, au lieu de le recycler. Que s'est-il passé en un an ?

Il y a eu l'ouverture d'une enquête préliminaire, le démenti du groupe sidérurgique, le témoignage d'un autre salarié affirmant avoir assisté lui aussi à des déversements d'acide sur le crassier de Marspich et puis il y a quelques semaine, la direction a annoncé en comité d'entreprise (CE) qu'il n'y avait aucune trace d'acide dans les 1er résultats des échantillons prélevés pendant l'enquête.  

C'est quand même surprenant, s'il n'y a rien, ça devrait déjà être réglé - F. Weber FO ArcelorMittal Florange

Mais certains salariés restent sceptiques et se demandent pourquoi l'enquête est si longue. Ses conclusions, précise le parquet, ne seront connus que fin août. Frédéric Weber est délégué syndical FO chez ArcelorMittal Florange :  "Le président du CE nous a bien confirmé que pour la direction, l'enquête interne et différents prélèvements démontraient qu'il n'y avait pas eu de pollution, qu'il n'y avait pas d'affaire Florange en fait. Mais aujourd'hui, nous, on est quand même interpellé : pourquoi à ce moment là l'enquête de justice est si longue pour prononcer un non lieu. C'est quand même surprenant, s'il n'y a rien, ça devrait déjà être réglé". 

Elus, syndicalistes, salariés, personne, globalement, ne comprend pourquoi l'enquête préliminaire ouverte il y a un an n'a toujours pas abouti. Notamment Karim Ben Ali, le chauffeur intérimaire à l'origine de la vidéo : "Cela traîne un peu trop. Si j'ai tort, que la Procureure me le dise tout de suite, mais ça m'étonnerait que j'ai tort parce que je sais ce que j'ai chargé et je sais ce que j'ai déversé". 

Comment se fait-il qu'il faille attendre un an pour connaitre les résultats de l'enquête? - E. Martin député européen

Les services de l'Etat, la Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement), ont été saisis dès l'été dernier. Des échantillons du crassier ont été prélevés et analysés. Or cette procédure n'est pas censée traîner en longueur. Pourquoi dans ce cas là la justice tarde-t-elle à en révéler les résultats? La procureur de la République de Thionville affirme que le dossier est complexe, mais beaucoup s'impatientent aujourd'hui, comme l'eurodéputé Edouard Martin, ancien syndicaliste d'ArcelorMittal Florange interrogé début juin par France Bleu : "J'attends effectivement avec impatience les résultats de l'enquête. Ce qui m'étonne, ce qui apporte de l'eau au moulin de tous ceux qui y croient, c'est comment se fait-il qu'il faille un an pour connaitre les résultats de l'enquête, alors que c'est quelque chose qui peut se faire assez rapidement?"

Le mois dernier, le 7 juin, la directrice du site d'ArcelorMittal Florange a annoncé aux élus du comité d'entreprise qu'il n'y avait aucune trace d'acide dans les 1er résultats des échantillons prélevés sur le crassier. Mais cela reste une communication de l'entreprise et aucun syndicaliste n'a eu accès aux analyses. La fin de leurs interrogations, ce sera fin août avec les conclusions de la justice.