Climat – Environnement

Pollution : "rien d'exceptionnel" dans la région toulousaine

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse mercredi 14 décembre 2016 à 8:55

Un capteur mobile de l'Oramip dans le centre de Toulouse, boulevard de Strasbourg.
Un capteur mobile de l'Oramip dans le centre de Toulouse, boulevard de Strasbourg. © Radio France - Bénédicte Dupont

Depuis dix jours, certaines grandes villes suffoquent. Ça va mieux pour les Parisiens mais dans le Sud-Ouest, la qualité de l'air n'est pas très bonne ces jours-ci, notamment dans les Hautes-Pyrénées, autour de Toulouse et Montauban. Décryptage.

Pour savoir si l’air est un peu, beaucoup ou trop pollué, on utilise un indice de la qualité de l’air calculé à partir de quatre polluants : le dioxyde de soufre, le dioxyde d’azote, l’ozone et les particules en suspension. Chaque jour, l'Observatoire de la qualité de l'air en Midi-Pyrénées (Oramip) procède à des prélèvements dans onze agglomérations : de Toulouse à Cahors en passant par Foix, Lourdes ou Millau.

Les prévisions pour ce 14 décembre : mauvais à Tarbes et Lourdes, médiocre pour Montauban. - Radio France
Les prévisions pour ce 14 décembre : mauvais à Tarbes et Lourdes, médiocre pour Montauban. © Radio France - Oramip

Le chauffage au bois pointé du doigt

Notre invitée ce mercredi 14 décembre était Dominique Tilak, la directrice de l'Oramip, interrogée par Bénédicte Dupont

L'INVITE EN UN CLIC - Dominique Tilak, directrice de l'Oramip

Bénédicte Dupont : Ça y est, le pic de pollution est derrière nous ?

Dominique Tilak : Le pic de pollution sur la Haute-Garonne s'est apaisé aujourd'hui avec un bon indice de la qualité de l'air. Toutefois on reste attentif sur la fin de semaine et la semaine prochaine car les conditions météo ne sont pas favorables.

Notre situation est-elle comparable à celle des Parisiens, des Lyonnais ou des Grenoblois ?

Oui nous étions en situation d'alerte dans les Hautes-Pyrénées le week-end dernier, pendant deux jours. Elle provenait notamment à l'écobuage mal maîtrisé, et d'un incendie qui a brûlé dans les montagnes au-dessus de Lourdes. L'écobuage est une combustion de végétaux, une pratique de nettoyage pratiquée sur les estives et dans les montagnes. Cela produit beaucoup de particules qui restent bloquées dans les vallées pyrénéennes.

On a du mal à croire qu'à Toulouse et Montauban, ce soit à cause de nos cheminées que l'air est pollué...

Dans les grandes villes, il y a différentes sources de pollution. En période l'hiver, le chauffage à bois vient s'ajouter aux particules liées au trafic routier qu'on a toute l'année. Nos analyses l'hiver dernier montre que la proportion de particules issues de la biomasse (chauffage au bois, écobuage, brûlage de végétaux) est importante.

Réduire ses déplacements et limiter les feux de cheminée et poêles à bois

Quelle est la mesure la plus efficace pour faire baisser la pollution ?

La préfecture de la Haute-Garonne n'a pas pris d'arrêté mais elle a recommandé aux particuliers de réduire la vitesse quand ils peuvent le faire. En fait, il faut éviter les déplacements inutiles de manière générale et favoriser le covoiturage. La deuxième mesure la plus efficace, c'est la limitation des feux d'agrément, il est préférable, quand c'est possible, d'utiliser d'autres moyens de chauffage que le feu de cheminée ou le poêle à bois.

Dominique Tilak, directrice de l'Oramip et invitée de France Bleu Toulouse. - Radio France
Dominique Tilak, directrice de l'Oramip et invitée de France Bleu Toulouse. © Radio France - Alban Forlot

La scientifique que vous êtes est-elle inquiète ?

C'est un épisode qu'on rencontre classiquement. On a eu quatre à cinq jours de dépassement des seuils de particules depuis deux semaines, c'est traditionnel à cette époque de l'année. Cela ne nous inquiète pas plus que ça. En revanche, on regarde de près la période anticyclonique qui nous attend, il ne faudrait pas que cet épisode perdure trop longtemps sur certains territoires.

Réactions des auditeurs : marre de l’hypocrisie !

Les auditeurs de France Bleu Toulouse étaient invités à s'exprimer sur cet épisode de pollution. Barbara, une habitante de Castanet : "Ceux qui sont dans les bouchons doivent bondir dans leur voiture quand on leur dit de ralentir alors qu'ils sont au pare-choc contre pare-choc sur la rocade. Moi je voudrais dénoncer l'hypocrisie ambiante qui veut que le travail soit plus important que la santé. Dans la région, il faut rééquilibrer les bassins d'emplois si on veut améliorer la qualité de l'air. On est fatalistes, on voit bien qu'il y a de plus en plus de cancers mais on ne réagit pas". Yannick, de Bessières, a aussi souhaité réagir "On parle de bois qui pollue mais que fait l'Etat à propos de la voiture électrique et des énergies propres ? C'est trop cher !!! Avant de demander aux gens d'arrêter leur cheminée à bois, on ferait mieux de développer les énergies propres et de les rendre plus accessibles".