Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Pollution des sols : des parents inquiets bloquent une école des quartiers nord de Marseille

mardi 3 avril 2018 à 6:11 - Mis à jour le mardi 3 avril 2018 à 9:35 Par Kevin Boderau, France Bleu Provence et France Bleu

À Marseille, 44 écoles sont construites sur d'anciens sites industriels pollués et la situation est particulièrement inquiétante. À l'école Oasis, dans le quartier des Aygalades (15e arrondissement), les parents ont décidé de bloquer l'établissement ce mardi pour interpeller les pouvoirs publics.

Cour de récréation d’une école marseillaise (photo d’illustration)
Cour de récréation d’une école marseillaise (photo d’illustration) © Maxppp - Maxppp

Marseille, France

Ce mardi les parents d'élèves de l'école Oasis des Aygalades, dans les quartiers nord de Marseille, vont faire barrage. Ils s'inquiètent de la pollution des sols. Bâtie à la fin des années 50 sur un terrain que se partageaient une société de pétrole, une entreprise, un dépôt de liquide inflammable, une savonnerie et un garage, les sols à proximité directe de l'école contiendraient de nombreux polluants cancérigènes

Du plomb, de l'arsenic et du mercure

"J'ai fais faire une analyse des sols, explique Michelle, la gardienne de l'école pendant 34 ans aujourd'hui atteinte d'un cancer de la peau. On a trouvé de fortes concentration de plomb, d'arsenic, de cadmium et de mercure hautement cancérigènes au fur et à mesure des années. Tout dépassait les normes à respecter". 

Michelle a demandé la reconnaissance de son cancer comme maladie professionnelle, ce que la Ville a refusé. Le 14 mars dernier, le juge des référés du tribunal administratif de Marseille lui a donné raison. Le maire de Marseille doit procéder au réexamen de sa demande de reconnaissance et régulariser, en conséquence, sa situation administrative dans un délai de deux mois.

Des parents inquiets pour la santé de leurs enfants

La cour de l'école est goudronnée mais pas les terrains alentour et seul un grillage sépare les enfants des sols pollués. Il faudrait tout isoler et daller, selon les parents qui dénoncent un scandale sanitaire. Leur porte-parole, Fanny, elle-même élève dans cette école il y a 40 ans, est inquiète pour sa fille. "Elle a beaucoup de bronchites, d'angines, d'asthme. Je vais faire un bilan sanguin pour voir si il y a un taux de plomb anormal.

La mairie ne conteste pas cette pollution. Elle promet que d'ici 2025, l'école sera détruite puis reconstruite avec nettoyage des sols. Mais 2025, c'est trop loin pour les parents.

La mobilisation des parents reçoit ce mardi matin le soutien de Samia Ghali, la sénatrice socialiste des Bouches-du-Rhône.