Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Pour respecter ses engagements européens, la France va investir massivement dans les énergies renouvelables

-
Par , France Bleu

Parvenir à au moins 27% d'énergie renouvelable en 2030: c'est l'objectif que se sont fixé ce lundi à Bruxelles les ministres de l'Environnement et de l'Energie de l'Union européenne. Il devrait permettre à la France de rattraper son retard, même si le Parlement européen est beaucoup plus ambitieux.

Inauguration de la première éolienne flottante en mer, à Saint-Nazaire, le 13 octobre dernier
Inauguration de la première éolienne flottante en mer, à Saint-Nazaire, le 13 octobre dernier © Maxppp - Olivier Lanrivain

Jusqu'à présent, l'UE avait comme objectif de faire passer la part des énergies renouvelables dans la production d'électricité à 20% en 2020. Désormais il est fixé à 27% en 2030. Largement insuffisant pour le Parlement européen, avec qui les discussions vont maintenant s'ouvrir, et qui veut atteindre les 35%. Ces chiffres ont une grande importance, pour les pays les enjeux sont considérables. Toute la difficulté étant d'obtenir des engagements suffisamment ambitieux pour être efficaces, à la fois atteignables pour tous et contraignants. La France si volontariste sur le climat, veut l'être désormais aussi sur les énergies renouvelables. Or nous partons de loin.

La France fait partie des plus mauvais élèves, alors que la part des renouvelables en Europe ne cesse d'augmenter

Selon Eurostat, la Suède, la Finlande, l'Autriche ou même la Roumanie ont déjà atteint voire dépassé leurs objectifs pour 2020. Pour la France, l'écart est l'un des plus importants, avec les Pays-Bas; il est quasiment impossible d'atteindre nos engagements, qui sont pourtant à peine plus élevés que ceux de la moyenne de l'UE. En cause, le fait d'avoir tout misé sur le nucléaire, d'avoir convaincu la Pologne à faire de même; contrairement par exemple à la Finlande: grosse consommatrice d'électricité, elle continue à s'appuyer sur le nucléaire, mais a investi en même temps dans les centrales électriques à biomasse, les centrales hydroélectriques, qui vont lui permettre d'atteindre une grande autonomie, avec bientôt la moitié en énergies renouvelables; les Suédois sont déjà bien au-delà.

L'un des secteurs d'avenir pour la France pourrait être celui de l'éolien en mer, en plein essor

A condition de ne pas rater pas le coche des nouvelle génération. Il y a déjà 3500 éoliennes offshore au large du Royaume-Uni, de l'Allemagne, du Danemark. L'Europe est précurseur dans le monde. Et nous venons seulement d'inaugurer la première, mais pas n'importe laquelle, une éolienne en mer flottante, assemblée à Saint-Nazaire, qui sera remorquée et mise en service au large du Croisic, où d'autres sont amenées à lui succéder. Une technologie encore émergente, il y a quelques projets pilotes en Norvège, en Ecosse au Portugal; le Japon les développe. Cela pourrait être un créneau d'avenir pour la France, créateur d'emploi. Emmanuel Macron veut accélérer massivement les investissements, les appels d'offres, simplifier les procédures, éviter que les recours ne bloquent systématiquement les projets de renouvelables. Faire de la France un leader dans ce domaine aussi.

ECOUTER AUSSI la chronique Tous Européens