Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Ouragan Florence : pourquoi est-il si difficile de prévoir l'intensité de ces phénomènes ?

mardi 11 septembre 2018 à 17:52 Par Valérie Barbe, France Bleu

L'ouragan Florence menace la Caroline du Nord, la Caroline du Sud et la Virginie. Et l'angoisse monte depuis que Florence est passée de la catégorie 3 à la 4, plus dangereuse encore. Preuve de la difficulté à prévoir l'intensité d'un ouragan. Mais il y a des raisons à cela.

L'ouragan Florence photographié lundi par l'astronaute de la NASA Ricky Arnold, à partir de la station spatiale internationale.
L'ouragan Florence photographié lundi par l'astronaute de la NASA Ricky Arnold, à partir de la station spatiale internationale. © Maxppp - NASA

L’ouragan Florence qui menace la côte est des Etats Unis n’arrête pas de se renforcer.  Les vents dépassent déjà les 220 km/heure. Le gouverneur de Caroline du sud a fait évacuer un million de personnes. Et depuis lundi, la menace augmente : le centre national des ouragans a passé Florence en catégorie 4, signe de grand danger. Une intensité qui n’avait été prévue.   

Et il y a trois raisons à ça.  D'abord, parce que la situation change très vite. Ce qui fait que les informations évoluent sans arrêt. Ces informations viennent d'avions qui mesurent plusieurs fois par jour la force des vents et la pression au centre de l'ouragan. Et c'est à partir de çà, que les météorologues en déduisent sa catégorie et sa trajectoire. Ces prévisions qui sont transmises aux centres météo du monde entier sont réajustées après chaque vol.   

L’informatique n’est pas très bonne en ouragan

Deuxième raison : nos modèles informatiques de prévisions météo ne sont pas adaptés pour prévoir les soubresauts permanents des ouragans. Comme les orages et les variations de force très rapide du phénomène. En plus, les machines sont trop lentes. Les experts travaillent à améliorer le système. Mais en attendant, les prévisionnistes sont obligés de faire des probabilités. A partir de l'endroit où ça se passe, de la saison, des précédents dans la région... Et le résultat est donc une moyenne et pas une photo précise de la situation en temps réel.

L’ouragan, encore un inconnu 

Et puis, l'ouragan reste un mystère. Par exemple, on a découvert que récemment qu’après la disparition du mur de l’œil, un autre peut réapparaitre. En plus, il y a tout un tas de paramètres qui jouent sur son intensité. Et on ne les connait pas tous. D’autres sont encore mal connus. Comme la poussière dans l’ouragan qui pourrait être un facteur de croissance. Mais difficile de mesurer le poids de ces mécanismes car ils sont souvent très discrets et pas forcément détectables sur nos appareils actuels. 

Donc prévoir l’intensité d’un ouragan est encore loin d’être une science exacte.