Climat – Environnement

Pourquoi la météo favorise les allergies et la pollution

Par Thibaut Lehut, France Bleu mardi 11 mars 2014 à 12:55 Mis à jour le mardi 11 mars 2014 à 13:08

Un voile de pollution recouvre Paris, en décembre 2013 (photo d'illustration)
Un voile de pollution recouvre Paris, en décembre 2013 (photo d'illustration) © Maxppp

Avec des températures parfois records, la météo de ces derniers jours a basculé vers le printemps et provoque des pics de pollution et une pollinisation précoce. Comment l'expliquer ?

Le thermomètre a atteint des sommets dans certaines villes de France ce week-end, et continue à culminer au-dessus des normales de saison. Un retour progressif à la normale est annoncé pour la fin de la semaine, mais en attendant, la pollution et la pollinisation rendent la vie quotidienne parfois compliquée pour les citadins.

Un "couvercle" sur les particules fines

Côté pollution, ce sont les particules fines qui sont en cause. Le Centre régional d'information et coordination routières de Rhône-Alpes a en effet déclenché lundi le niveau d'alerte, la plus élevée des mises en garde, pour le bassin lyonnais et le nord de l'Isère. A Paris, l'organisme qui analyse la qualité de l'air Airparif, a placé la journée de mardi en "niveau d'information", juste en dessous du seuil d'alerte. Conséquences : des réductions de vitesse et des invitations à réduire les déplacements, entre autres. Cette procédure d'information était également activée lundi dans le Loiret, le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, la Marne, l'Aube, les Ardennes, l'Alsace, la Lorraine et les Bouches du-Rhône.D'où sont issues ces particules fines ? Ces poussières de compositions diverses ont différentes provenances. Elles proviennent notamment des véhicules diesel, mais sont également très fréquentes en hiver car sont aussi émises par les appareils de chauffage, au bois et au fioul.Pourquoi ne se dispersent-elles pas ? Ces particules sont présentes toute l'année, été compris. Pourtant elles se dispersent plus facilement en temps ordinaire. Ces derniers jours, c'est le décalage entre l'air chaud, qui fait s'élever les polluants, et le refroidissement du sol la nuit qui pose problème. Les particules sont du coup piégées par un effet de "couvercle" d'air chaud et planent au-dessus des villes, avec à la clé des difficultés respiratoires pour ceux qui y habitent.

Pollinisation précoce et soudaine

Ce phénomène se conjugue à une pollinisation précoce. La douceur de l'hiver et les températures élevées de ces derniers jours accélèrent en effet le processus, notamment dans le sud du pays. Exemple sur la côte méditerranéenne, où le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) juge le risque allergique "très élevé" pour le pollen de cyprès.

Carte de vigilance des pollens : du 7 au 14 mars 2014 - Aucun(e)
Carte de vigilance des pollens : du 7 au 14 mars 2014
"Plus que chaque pollen séparément, ce sont les mélanges que les allergiques doivent craindre", écrit l'organisme. D'autant que la soudaineté de la pollinisation n'a pas permis aux personnes concernées d'habituer leur corps aux aléas du printemps. Conclusion : "conjonctivites et rhinites risquent de démarrer sérieusement", prévient le RNSA.

Partager sur :