Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Près de 150 fermetures de plages à Marseille cet été pour cause de pollution

mardi 4 septembre 2018 à 18:34 Par Corrine Blotin, France Bleu Provence et France Bleu

Du 1er juin au 3 septembre, période de surveillance des plages, le drapeau violet a flotté plus de 150 fois pour cause de pollution de l'eau, pollution bactériologique, notamment après de fortes pluies, un record dont la ville se serait bien passé.

le drapeau violet signifie pollution et baignade interdite
le drapeau violet signifie pollution et baignade interdite © Maxppp - Franck Pennant

Marseille, France

Après les épisodes pluvieux fréquents et souvent intenses de cet été, les analyses réalisées tôt chaque matin par la ville de Marseille et la Seram, ont relevé une pollution bactériologique, d'où la décision, préventive, d’interdire la baignade sur les plages concernées. "Un triste record" reconnaît Didier Reault, adjoint au Maire en charge de la mer, du littoral et des plages. "On a trop fermé les plages, c'est vrai, pas par exagération, mais par précaution pour la santé des uns et des autres. Conséquence des pluies exceptionnelles, par temps sec, qui ravinent et transportent davantage de saleté et de pollution qui arrivent ensuite sur nos plages." 

Un contrat de baie de 265 millions d'euros signé en 2015

Pourtant il y a 3 ans, un « contrat de baie » a été signé par l'Etat, l'Agence de l'eau, les collectivités locales et les communes autour de Marseille, de Martigues à St Cyr-sur-Mer, pour préserver et restaurer la qualité des eaux du littoral. Un programme sur 6 ans, pour un montant total de 265 millions d'euros, une partie pour les eaux usées et une partie pour les eaux pluviales. Mais pour Didier Reault, également, Président du "Comité de baie", il faudra attendre encore quelques années pour rattraper le retard et minimiser les risques de pollution des plages"

"Le résultat d’une "bétonisation" à outrance et d’un réseau sous dimensionné"

Pour Christine Juste, la porte parole régionale Ecologie les verts, cette situation est le résultat d'un été très chaud, d'une "bétonisation" à outrance et d'un réseau sous dimensionné". _S_elon elle, "les mesures n'ont pas été prises à la hauteur de l'enjeu, rien n'a été fait pour penser à un réseau secondaire qui permettrait ainsi d'éviter ces débordements."