Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Près de Rennes : 150 personnes rassemblées contre un projet de centre commercial à Pacé

-
Par , France Bleu Armorique

Ils étaient près de 150 à défiler dans les rues de Pacé ce samedi 25 mai pour montrer leur opposition au projet de centre commercial Open Sky. Collectifs écologistes, agriculteurs et gilets jaunes dénoncent la mise en place d'une zone commerciale "inutile", et qui va détruire des terres agricoles.

Selon les opposants le projet va détruire près de 10 hectares de terres agricoles
Selon les opposants le projet va détruire près de 10 hectares de terres agricoles © Radio France - Maxime Bossonney

Pacé, France

La commune de Pacé dans la métropole rennaise va-t-elle devenir une nouvelle ZAD (Zone à défendre), un nouveau Notre-Dame-des-Landes ? C'est en tout cas le souhait des militants écologistes les plus radicaux. Mais en attendant, les opposants au projet de centre commercial Open Sky ont défilé ce samedi 25 mai pour montrer qu'ils sont encore déterminés, et sur le terrain.

A l'heure actuelle, le projet est au point mort. Les terrains ont pourtant été vendus au promoteur et les permis de construire signés. Porté par le groupe Phalsbourg, et le promoteur immobilier Blot, Open Sky est une zone commerciale de 27 000 m2, avec plus de quarante boutiques et commerces, qui doit voir le jour le long de la RN12, juste à côté d'un autre centre commercial, celui du Cora de Pacé. 

La zone commerciale doit faire 27 000 m2 pour accueillir une quarantaine de boutiques - Aucun(e)
La zone commerciale doit faire 27 000 m2 pour accueillir une quarantaine de boutiques - Phalsbourg

Un danger pour les terres agricoles selon les opposants

Cette proximité fait d'ailleurs partie de l'argumentaire des opposants. "C'est absurde, personne aujourd'hui n'est favorable à un nouveau centre commercial autour de Rennes, il y en a déjà plein !" estime un ancien zadiste présent dans la manifestation. Le projet viendrait en effet s'ajouter aux nombreuses zones commerçantes autour de la métropole rennaises, comme Cap Malo, Grand Quartier, Alma ou encore Cleunay.

Des militants écologistes mais aussi des gilets jaunes étaient présents devant la mairie de Pacé - Radio France
Des militants écologistes mais aussi des gilets jaunes étaient présents devant la mairie de Pacé © Radio France - Maxime Bossonney

Mais de son côté la mairie de Pacé s’étonne. Ce n'est pas le seul projet d'urbanisation à Rennes pourquoi s'en prendre à celui-ci en particulier ?

La Métropole rennaise a donné un premier élément de réponse en février dernier, en considérant que ce projet n'était plus réalisable, notamment d'un point de vue écologique et environnemental. 

C'est le principal argument des associations comme Green Peace, Alternatiba Rennes ou Extinction Rebellion. "Il faut maintenir une ceinture verte autour de Rennes" explique Louis, agriculteur. Car le projet risque en effet d'urbaniser près de 10 hectares de zones agricoles le long de la RN 12. Pour Armel, militant écologiste, Rennes "manque d'agriculture paysanne, y a pleins de paysans qui voudraient s'installer et ces 10 hectares pourraient permettre de faire vivre des familles, et de nourrir des centaines de personnes".

Beaucoup d'agriculteurs étaient dans le cortège - Radio France
Beaucoup d'agriculteurs étaient dans le cortège © Radio France - Maxime Bossonney

En attendant, aucun coup de pelle n'a été donné sur les terrains. Les promoteurs évaluent actuellement le coût de l'abandon d'un tel projet. Les manifestants ont donc ce samedi 25 mai, voulu se réapproprier les terres, en organisant un pique-nique et en plantant quelques fruits et légumes.