Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Projet de Center Parcs à Roybon en isère : une nouvelle expertise sur les zones humides décidée par la justice

-
Par , France Bleu Isère

La Cour Administrative d'Appel de Lyon vient de décider de procéder à une "expertise sur la superficie des zones humides impactées par le projet" de Center Parcs dans la forêt des Chambarrans" et sur "celles des zones humides proposées en compensation" ce jeudi.

Le projet de village vacances à Roybon est contesté depuis son lancement il y a une douzaine d'année
Le projet de village vacances à Roybon est contesté depuis son lancement il y a une douzaine d'année © Maxppp -

Roybon, Isère, France

L'affaire est revenue devant la Cour Administrative d'Appel de Lyon après 2 jugements successifs d'annulation du projet, suivis d'une décision du Conseil d'Etat qui demandait de tout remettre à plat le 21 novembre dernier.

Depuis son lancement, ce projet de village vacances de 1000 cottages dans la forêt des Chambarrans conduit par Pierre et Vacances et soutenu par le Conseil Départemental  est contesté par plusieurs associations (associations de pêcheurs, de protection de la nature et l'Association Pour les Chambarrans sans Center Parcs). 

Un hydrogéologue, un géomètre et un botaniste seront désignés par la Cour

Après une nouvelle audience le 30 avril dernier, les magistrats ont décidé  ce jeudi en délibéré de procéder à une "expertise sur la superficie des zones humides impactées par le projet, et sur celles des zones humides proposées en compensation".

Elle sera menée par un collège d'experts désignés par la Cour Administrative d'Appel de Lyon, avec un hydrogéologue, un géomètre et un botaniste ou un naturaliste.

Leur mission sera de déterminer précisément la superficie des zones humides qui seront détruites par le projet, d'évaluer les surfaces proches qui pourraient aussi être impactées,  et de comparer ces zones aux mesures de compensation proposées par Pierre et Vacances, des zones qui ont été modifiées au fil de l'évolution projet et en fonction des recours des opposants.

Une demie-victoire pour les opposants

L'arrêt de la Cour d'Appel de Lyon ne précise pas dans quel délai devra être réalisée cette expertise. Mais on peut deviner qu'on est reparti pour quelques mois encore de procédures. 

C'est une demie-victoire pour les opposants car ce n'est pas vraiment un feu vert pour le projet. Mais ils auraient préféré un coup d'arrêt à cette ré-évaluation des intentions du promoteur