Climat – Environnement

Projet de déviation de Jargeau: une association dénonce un grave conflit d'intérêt

Par Eric Normand, France Bleu Orléans jeudi 15 septembre 2016 à 5:30

Un nouveau coup porté au projet de déviation de Jargeau
Un nouveau coup porté au projet de déviation de Jargeau - conseil départemental du Loiret

Alors que le commissaire enquêteur a rendu un avis favorable au projet de déviation de Jargeau, l'association "Mardiéval" dénonce un conflit d'intérêt entre le président de la commission d'enquête et le vice-président du conseil départemental du Loiret. Elle va déposer un recours.

Le nouveau coup porté au projet de pont sur la Loire à Jargeau est plutôt inattendu ! Alors que le commissaire enquêteur a rendu un avis favorable à ce projet vieux de plus de 20 ans, l'association "Mardiéval" vient de dénicher un conflit d'intérêt. Les défenseurs du balbuzards estiment qu'il existe des liens "flagrants" entre le président de la commission d'enquête, Michel Badaire et le vice-président du conseil départemental du Loiret, Marc Gaudet, en charge des routes et donc du dossier de déviation de Jargeau. L'association va envoyer dans quelques jours une demande écrite de recours gracieux au conseil départemental. Elle demande au président Hugues Saury d'annuler le projet voté par les conseillers départementaux sur la base d'un avis faussé.

Bien sûr, l'association "Mardiéval" cherche des poux au conseil départemental depuis des années. Mais ce qu'elle vient de découvrir interpelle. Michel Badaire est le commissaire enquêteur, celui qui a épluché les 2500 observations laissées par les habitants dans le cadre de l'enquête publique. C'était une mobilisation sans précédent pour un bassin de population de 20 000 personnes. A titre de comparaison, il y avait eu autant de remarques pour la construction du tramway à Orléans, le bassin de population est pourtant dix fois plus important. Selon l'association, "il aurait fait fi des observations écrites alors que celles-ci étaient aux trois-quart contre le projet de déviation de Jargeau."  On apprenait ainsi le 20 mai 2016 que le commissaire enquêteur avait rendu un avis favorable pour ce qui serait en fait une déviation entre Saint- Denis-de-l'Hôtel au Nord de la Loire et Darvoy, au sud. Le commissaire avait tout de même intégré dans ses conclusions une dizaine de réserves que le conseil départemental se disait prêt à suivre.

Quel lien avec Marc Gaudet, le vice-président du conseil départemental en charge des routes ?

La colistière de Marc Gaudet et suppléante de Marianne Dubois lors des élections départementales en 2015 n'était autre que Monique Badaire. L'adjointe en charge de la petite enfance à Pithiviers est également l'épouse du président de la commission d'enquête, Michel Badaire. Les liens ne s'arrêteraient pas là entre les époux Badaire et Marc Gaudet: ils se côtoient au sein du Lion's club de Pithiviers Gâtinais. C'est Jean-Marie Salomon, le président de l'association "Mardiéval" qui dénonce le manque de transparence de la situation.

Il ne respecte pas la charte d'éthique de la compagnie des commissaires enquêteurs. Il y a des lois qui régissent la fonction. Le commissaire enquêteur est désigné par le président du tribunal administratif. Si Michel Badaire avait signalé ces conflits d'intérêt, il n'aurait pas été choisi - Jean-Marie Salomon, président de Mardiéval

Jean-Marie Salomon, le président de Mardiéval, dénonce les conflits d'intérêt dans ce dossier

Le préfet du Loiret Nacer Meddah doit normalement rendre dans les prochaines semaines sa décision concernant la déclaration d'utilité publique. Il doit s'appuyer sur le rapport que lui a remis Michel Badaire, le commissaire enquêteur. Le préfet peut aller dans le sens de l'avis rendu mais peut aussi le rejeter comme le lui demandent les opposants au pont. Ce recours est un élément supplémentaire dans le dossier et il pourrait peser dans la balance. Si le président du conseil départemental Hugues Saury accède à la demande de recours gracieux, il faudra tout recommencer. S'il fait comme si de rien n'était, l'association est prête à aller devant le tribunal administratif.

Jean-Marie Salomon, président de l'association, prêt à aller devant le tribunal administratif