Infos

Propreté : Le Mans hausse le ton contre les incivilités

France Bleu Maine lundi 14 avril 2014 à 8:48

Propreté : Le Mans hausse le ton contre les incivilités

Crottes de chien, sacs poubelle à même les trottoirs, mégots, chewing-gums... ce sont des griefs qui reviennent dans de nombreux quartiers. Une politique plus offensive va être mise en place sur le prochain mandat.

Le Mans est-il une ville sale ? "Ce sont plutôt les habitants qui le sont ", tempère l'élue mancelle Renée Kaziewiscz. "Si chaque habitant se prenait en charge, on aurait une ville encore plus propre ". Vice-présidente de Le Mans Métropole en charge des questions de proximité dans la précédente mandature, elle annonce sur France Bleu Maine une verbalisation systématique des Manceaux qui ne ramassent pas les déjections de leur chien : "On a tout essayé : les canisettes, les sacs en libre-service... on s'aperçoit que cela n'a pas une grande audience. Nous allons assermenter les agents de la tranquilité publique pour qu'ils puissent verbaliser systématiquement et dresser des PV à 17€. C'est un peu désolant d'en arriver là, mais on espère que ce sera dissuasif ". 

Vers une généralisation des bacs roulants

Autre priorité : les dépôts sauvages d'ordures ménagères . Renée Kaziewiscz confirme la promesse de campagne d'une "brigade d'intervention rapide ". L'élue reconnaît la difficulté de sortir un bac roulant sur le trottoir pour les habitants d'une mancelle [la cour étant derrière l'habitation, il faut traverser la maison avec sa poubelle, NDLR ], mais "si on veut que la ville soit propre, on n'a pas le choix. On ira vers les bacs roulants pour tout le monde et l'interdiction des sacs poubelle sur les trottoirs. ON va aussi continuer à développer les conteneurs enterrés ". Des initiatives sont lancées pour la réduction des déchets, comme l'installation de composteurs en habitat collectif . "On n'a pas attendu 2014, cela fait plusieurs mandats qu'on travaille sur ces questions ", insiste Renée Kaziewiscz. "Mais il faut que les Manceaux comprennent que c'est aussi l'argent de leurs impôts qui est en cause ". 

Partager sur :