Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Biodiversité et viticulture girondine : "Oui il y a une urgence"

mardi 4 septembre 2018 à 18:58 Par Mélanie Juvé, France Bleu Gironde

A Bordeaux, le CIVB et l'écosystème Darwin sont partenaires dans le cadre du festival Climax qui aura lieu du 6 au 9 septembre. Ils ont organisé ce mardi un débat public autour de la biodiversité dans la viticulture, alors que plusieurs associations dénoncent l'usage des pesticides dans les vignes.

Un débat public autour de la viticulture et biodiversité a eu lieu au siège du CIVB.
Un débat public autour de la viticulture et biodiversité a eu lieu au siège du CIVB. © Maxppp - Maxppp

Gironde, France

Vous l'avez peut être remarqué cours du XXX-Juillet à Bordeaux : des tentacules vertes géantes sortent de l'immeuble du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). Symbole de leur partenariat avec l'écosystème Darwin dans le cadre du festival éco-engagé Climax (du 6 au 9 septembre). 

Et ce mardi, un débat public avait lieu au siège du CIVB autour du thème viticulture et biodiversité. Un débat assez rare, alors que des associations dénoncent l'usage des pesticides dans la vigne. 

"Dans l'agriculture conventionnelle vous utilisez des pesticides de synthèse, donc ça me fait bien rigoler de vous entendre parle de biodiversité Monsieur !" interpelle Valérie Murat, porte-parole de l'association girondine "Alerte aux toxiques" 

"Le CIVB ne sait plus quoi faire en matière de communication pour essayer de faire accepter l'inacceptable à l'opinion publique. C'est-à-dire la mise en danger des ouvrier agricoles, les vignerons, et les enfants riverains de ces parcelles viticoles qui sont pulvérisées" — Valérie Murat

La porte-parole est engagée notamment dans l'affaire des épandages viticoles à Villeneuve, en mai 2014, qui avaient provoqué des malaises d'enfants d'une école. 

Thierry, habitant Quinsac près des vignes, est lui venu car il est concerné par les épandages : 

"Je me suis inquiété des effets du traitement de la vigne sur la santé de mon petit-fils" Thierry Dehouck, habitant de Quinsac

"Je suis ravi de toute la polémique des pesticides"

"Oui il y a une urgence" répond Philippe Bardet vigneron et co-président de la commission technique du CIVB."Les règles arriveront petit à petit. Mais ce n'est pas nous qui les faisons", se défend-il. Lui estime que les consciences s'éveillent dans la filière, mais que tout ne peut pas aller plus vite que la musique :

"J'ai commencé à faire partie d'associations pour trouver des solutions au niveau environnemental en 1994, explique Philippe Bardet. Pendant très longtemps on a œuvré dans l'ombre. Alors maintenant tout le monde en parle et on s'étonne qu'on ne va pas assez vite ! Mais cela fait trente ans qu'on a semé la petite graine. 

"Je suis ravi de toute la polémique qu'il y a sur les pesticides, cela montre qu'on avait pas tout à fait tord de partir travailler sur cela avec la commission technique du CIVB." — Philippe Bardet

Partenariat assumé

Du côté de Darwin, le partenariat est assumé. Et jugé "cohérent" par Vincent Lassalle Saint-Jean, l'un des responsables, même s'il y a des divergences avec le CIVB en matière d'actions pour la biodiversité. 

_"Des partenariats comme celui-ci sont là pour évoquer qu'__il n'y a pas que nous qui travaillons sur ces sujets,_explique-t-il. Et sur la biodiversité, le CIVB y travaille. Dans ma philosophie, je pense qu'il y a une autre façon d’être à l'écoute de cette biodiversité que celle qu'on a utilisé, notamment dans les intrants chimiques."

Récemment, l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) a publié une étude démontrant que l'agriculture bio serait aussi efficace que l'agriculture conventionnelle.