Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

Pyros, le doyen des ours des Pyrénées, est probablement mort

mardi 1 janvier 2019 à 4:44 Par Raphaël Cann, France Bleu Occitanie, France Bleu Béarn et France Bleu

Pyros, le père de la plupart des ours des Pyrénées, est probablement mort. Âgé de 29 ans, soit l'espérance de vie moyenne de ces animaux, il n'a donné aucune trace de vie depuis le mois d'avril 2017.

Pyros n'a pas donné signe de vie depuis avril 2017 (photo d'illustration)
Pyros n'a pas donné signe de vie depuis avril 2017 (photo d'illustration) © Maxppp - Philippe Clément

Occitanie, France

Pyros, le "Don Juan" des Pyrénées, serait mort. Ce mâle dominant, le père de la plupart des ours dans le massif, n'a donné aucune trace de vie depuis le mois d'avril 2017 et les autorités catalanes le considèrent comme presque "déjà mort". 

Son corps n'a pas été retrouvé, mais l'association de protection des grands prédateurs, Ferus, envisage cette hypothèse. "L'ours des Pyrénées fait partie de la population d'ours la mieux suivie au monde" précise Patrick Pappola, administrateur bénévole au sein de Ferus, qui étudie cette espèce depuis une vingtaine d'années. "Il y a un réseau de bénévoles dont on fait partie. Il sont plusieurs centaines dans les vallées des Pyrénées à relever les indices de présence."

Sa disparition n'est pas inquiétante pour ce spécialiste. À 29 ans, Pyros a atteint l'espérance de vie moyenne de sa race. "Il a été lâché en 1997, il s'est beaucoup reproduit depuis donc d'autres ours vont reprendre le relais. D'un point de vue biologique, ça va ajouter de la diversité génétique à la population des Pyrénées."

Le réseau ours brun, qui surveille cette population, est chapeauté pour l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. L'ONCFS attend le mois d'avril 2019, soit deux ans après son dernier signe de vie pour confirmer la mort de Pyros.