Climat – Environnement

Qualité de l'air : les Périgourdins devraient faire attention à leurs cheminées selon l'Airaq

Par Xavier Ridon, France Bleu Périgord vendredi 25 septembre 2015 à 11:22

Le feu de cheminée peut être plus polluant que les pesticides ou les usines.
Le feu de cheminée peut être plus polluant que les pesticides ou les usines. © Max PPP

Alors que se déroule ce vendredi la première Journée nationale de la qualité de l'air, l'association de surveillance de la qualité de l'air en Aquitaine (Airaq), a réalisé une enquête IPSOS. Quelques idées reçues périgourdines sautent sur les causes de la pollution.

L'étude de l'Airaq porte sur près de 800 personnes en Aquitaine. La Dordogne est l'un des trois départements - avec la Gironde et le Lot-et-Garonne - où les habitants se disent les plus préoccupés par la pollution. Ils sont 79% des périgourdins a être inquiet de l'air qui respire.

Des sources de pollution évidentes... en apparence

Les Périgourdins sont clairs sur les sources de pollution, mais Sylvanie Chamaillard, membre de l'Airaq qui a réalisé cette enquête, veut faire sauter quelques idées reçues : 

Or à travers nos différentes études et suivis quotidiens, on sait que les polluants principaux les plus problématiques - notamment les particules fines - ont pour source principale le chauffage des habitations.

Les pesticides, les gaz d'échappement et les usines ne seraient pas plus polluants que les feux de cheminée qui représenteraient 70% des émissions de particules lors des journées de grand froid en Aquitaine : "Quand j'entends feu de cheminée, ce sont les vieilles cheminées anciennes au foyer ouvert avec la grande flambée. C'est même plus polluant pour la personne qui le fait. Si on a des bonnes pratiques, c'est très bien."

►►► A lire aussi : Pollution intérieure : un logement sur deux est contaminé

Brûler ses déchets ou conduire il faut choisir

Autre source de pollution, le brûlage des déchets verts est "extremement polluant" ajoute Sylvanie Chamaillaird. Elle rappelle que c'est en ce sens qu'il a été interdit en 2011. 

Si vous faîtes un tas de débris de jardin de 50 kg, ce qui n'est pas inaccessible, quand vous le brûlez, ça émet autant de particules que si vous faisiez 18000 km avec une voiture récente. 

Aussi selon cette étude, les Périgourdins n'assument pas leurs responsabilités. Pour 41% d'entre eux tout se jouerait au niveau mondial contre seulement une dizaine de pourcents que ce soit pour les niveaux locaux, régionaux ou nationaux. Il est temps d'agir à son propre niveau affirme Patrick Bourquin directeur de l'Airaq.

Rappel des bonnes pratiques

C'est l'occasion de rappeler un certain nombre de bonnes pratiques : aérons nos habitations, soyons très attentifs dans ce qu'on fait rentrer dans nos habitats - la cigarette est la source majeure de pollution en air intérieur, l'utilisation de produits et solvants qui n'ont rien à faire dans nos habitats.

►►► A lire aussi : Comment améliorer la qualité de l’air dans les villes ?

Patrick Bourquin espère ainsi faire réduire l'émission des particules fines en Aquitaine. En attendant, il martèle que 48% d'entre elles sont émises par les seules habitations.

► Sur francebleu.fr : Réchauffement climatique : "Cessez de parler et agissez"- Nicolas Hulot 

► Sur franceinter.fr : Pollution : la qualité de l'air s'est améliorée légèrement en 2014

_► Le site de l'Airaq_