Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Quarante Vendéens "pisseurs de glyphosate" au tribunal pour porter plainte contre Monsanto

-
Par , France Bleu Loire Océan

Quarante-quatre citoyens se sont rendus vendredi au tribunal de La Roche-sur-Yon (Vendée) pour porter plainte contre la multinationale pour "mise en danger de la vie d'autrui" par la commercialisation de l'herbicide décrié.

Un des plaignants devant le tribunal de La Roche-sur-Yon vendredi 10 mai.
Un des plaignants devant le tribunal de La Roche-sur-Yon vendredi 10 mai. © Radio France - Marc Bertrand

Ils sont 47, mais trois n'ont pas pu se libérer ce vendredi, en début d'après-midi devant le tribunal de grande instance de La Roche-sur-Yon. Des militants écologistes de longue date, un élu vert, un militant d'Attac et quelques mangeurs de 100% bio. 

"Moi j'ai 2,30, pourtant je mange bio presque au quotidien. C'est dur à expliquer. Même si on fait attention, il y en a dans l'air, dans l'eau potable. Il n'y a que par l'interdiction qu'on fera baisser ce taux"  - Tanguy, un des plaignants

Sur leur torse, une pancarte, avec un nombre. "On va de 0,39 à plus de 2,5 mg de par millilitre de glyphosate dans nos urines", dit l'une d'eux. Tous ont fait tester leur urine il y a quelques semaines dans le cadre de la "campagne glyphosate" lancée partout en France, sous contrôle d'huissier. Et chaque éprouvette s'est révélée positive à la présence de l'herbicide, classé "cancérogène probable" par l'OMS, même si les études ne pointent pas toutes vers cette conclusion.

Les "pisseurs de glyphosate" devant le tribunal de La Roche, vendredi 10 mai. - Radio France
Les "pisseurs de glyphosate" devant le tribunal de La Roche, vendredi 10 mai. © Radio France - Marc Bertrand

"Mise en danger de la vie d'autrui"

Les 44 "pisseurs" sont allés déposer plainte contre Monsanto, comme 2.000 autres l'ont déjà fait à ce jour ailleurs en France. Une plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui", à l'encontre du PDG de Bayer-Monsanto, mais aussi des directeurs des autorités de santé française et européenne. 

"Cela fait très longtemps que ce produit devrait être retiré, et on va continuer de nous empoisonner pendant trois ans"  - Stéphane Thobie d'Attac Vendée

"Moi, j'ai 0,59", lance une des plaignantes. C'est peu, "mais c'est déjà beaucoup trop ! La limite autorisée dans l'eau, c'est 0,10. Moi je me bats pour mes enfants, mes petits-enfants. L'Etat, la justice n'ont rien fait, c'est à nous d'agir", dit-elle. 

Le procureur goûte peu la méthode

Pilotés par une avocate à Paris, ils espèrent l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris et, à terme, un grand procès du glyphosate "et des pesticides en général". Mais à l'entrée du tribunal, l'attroupement bruyant a été peu apprécié. Le procureur a dit ne pas être au courant de la venue des plaignants. Il a refusé qu'ils montent tous en même temps dans le bureau de la greffière. Les 44 ont quand même pu déposer leur dossier de plainte avant de repartir.