Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Quatre jeunes de Seine-Saint-Denis en expédition dans l'Arctique

mardi 19 juillet 2016 à 6:10 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Drôles de vacances pour quatre jeunes de Seine-Saint-Denis. Ce mardi, Arthur, Elisa, Nina, et Youssef s'envolent pour une expédition de cinq semaines au Groenland. Accompagnés d'un scientifique, la mission va effectuer des prélèvements et tenter d'échapper aux ours polaires!

Le village de Siorapaluk, au Groenland, où débutera le voyage
Le village de Siorapaluk, au Groenland, où débutera le voyage - (cc) JuBo14

Drancy, France

C'est un voyage de cinq semaines qui se prépare depuis un an et demi, à l'association Science Ouverte, basée à Drancy, en Seine-Saint-Denis. Depuis décembre 2014 une vingtaine de jeunes préparent cette mission au Nord du Groenland mais seuls quatre agés de 18 à 20 ans ont été sélectionnés. Ils décollent ce mardi et arriveront, après cinq vols différents dans le village de Siorapalik, l'un des plus septentrionaux de la planète. Ensuite, après une journée de barque, ils poursuivront leur périple à pied, pendant trois semaines, coupés du monde.

Nina Lopez, l'une des exploratrices

L'objectif du voyage, c'est d'effectuer des prélèvement biologiques, qui seront ensuite transmis à des laboratoires, en France. "On va faire des prélèvements, étudier la biodiversité, tenter de prélever des araignées pour un labo qui veut les analyser" explique Nina Lopez, 18 ans et jeune bachelière scientifique d'un lycée de Saint-Denis. "C'est pour leur montrer que la science c'est en laboratoire mais cela peut être une science de terrain" défend Jacques Moreau, membre de l'association Science Ouverte et ancien directeur de recherche au CNRS, et qui a déjà effectué plusieurs missions, seul, en Arctique.

Se protéger des ours polaires

Cette fois la logistique est plus conséquente. "On aura un sac à dos assez chargé, des bonnes chaussures de randonnées" raconte Nina. Pendant trois semaines, le groupe vivra dans trois tentes et mangera "de la nourriture déshydratée", raconte Elisa Chardon-Legrand, elle aussi bachelière scientifique de Saint-Denis.

Nina et Elisa présentent l'expédition, fin juin, à Bobigny. - Radio France
Nina et Elisa présentent l'expédition, fin juin, à Bobigny. © Radio France - Rémi Brancato

En plus des tentes et des vivres, le groupe transportera un fusil pour se protéger d'éventuelles attaques d'ours polaires. "S'il s'approche trop on l'utilisera mais c'est vraiment triste et j'espère qu'on n'aura pas à le faire" prévoit déjà Nina. Le groupe n'a de toute façon pas prévu de s'approcher trop des côtes, où les ours ont l'habitude de se trouver, préférant la pêche pour se nourrir.

Rémi Brancato a rencontré les aventuriers avant leur départ.

Quant à la température de 0 à 10 degrés, elle peut sembler douce pour la région, puisque c'est l'été, mais Jacques Moreau préfère prévenir qu'elle peut être dangereuse, quand on vit pendant trois semaines en extérieur : "il n'y aura aucun moyen de se réchauffer donc si on attrape froid c'est terrible".

Les aventuriers communiqueront avec leurs proches quelques minutes seulement, à tour de rôle chaque jour, lors de communication par téléphone satellite avec le siège de l'association, à Drancy. Ils seront de retour en France le 20 août prochain.

POUR SUIVRE L'AVENTURE:

- Le site Internet de Science Ouverte

- Le compte Twitter de "SO'Arctique"

- Le profil Facebook :