Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Un an après les incendies sur le plateau de Chenôve, quel bilan ?

mardi 19 juillet 2016 à 18:10 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Bourgogne

Il y a un an, le 20 juillet 2015, le plateau de Chenôve s'embrase. Genlis, Hauteville, Chenôve, autant de départs de feu qui mobilisent 80 sapeurs-pompiers du SDIS et une vingtaine d'engins. Les flammes sont hautes de dix mètres. 80 hectares de végétation partent en fumée.

Les fumées étaient impressionnantes sur le plateau de Chenôve.
Les fumées étaient impressionnantes sur le plateau de Chenôve. © AFP - Bertrand Chambarlac

Chenôve, France

Du côté de l'enquête, le dossier s'est clôturé par un non lieu. Les expertises avaient confirmé l'origine intentionnelle du feu mais aucune preuve n''a pu confondre le ou les coupables.

Les pompiers toujours prêts

Le SDIS de Côte-d'Or n'a pas revu ses plans : leurs forces sont suffisantes pour faire face à ce genre de catastrophes. 1900 hommes et femmes, une quinzaine de véhicules spécialement étudiés pour ses opérations en forêt et une douzaine d'engins tout terrain encore plus polyvalents... à l'époque, même si l'incendie était très impressionnant, les pompiers n'ont pas eu besoin d'aide extérieure pour contenir les flammes.

Et même si la menace se fait plus violente, le SDIS de Côte-d'Or a encore de la ressource dixit le Colonel Moutard : "On en fanfaronne pas et on ne se gargarise pas. Si ça avait duré un petit peu plus dans le temps ou si le sinistre s'était étendu parce que la stratégie choisie n'avait pas atteint son objectif. On avait encore deux cordes à notre arc en terme de montée en puissance : faire appel à nos collègues notamment des départements voisins. L'hypothèse encore plus exceptionnelle ou extraordinaire sur le territoire côte-d'orien c'est de faire appel aux canadairs. C'est quelque chose qu'on n'envisage que très rarement compte tenu du délai car ils sont basés à côté de Marseille et puis parce qu'ils en ont plus besoin dans le sud de la France."

Pour autant, on a profité de la fin du printemps pour sensibiliser à nouveau tous nos agents aux techniques spécifiques que requièrent les interventions sur le feu de forêt. C'est une opération qui sera sans doute réitérée chaque année.
- Colonel Moutard des pompiers de Côte-d'Or

La mairie veut reprendre le plateau en mains

En tous cas, le maire de Chenôve, Thierry Falconnet a un discours plutôt positif sur le devenir du plateau. La végétation est bien repartie...il envisage la suite pour cet espace même si des questions se posent encore :  "Va-t-on reboiser les zones qui ont été dévastées par le feu entièrement, en partie ? C'est une réflexion commune avec les acteurs du plateau, pas seulement les collectivités locales mais aussi l'Office national des forêts, les services de sécurité d'incendie, Natura 2000... on réfléchit ensemble à l'avenir de ce plateau. Se pose aussi la question de l'utilisation humaine de ce plateau."

Nous voulons le garder comme un espace naturel, préservé mais nous ne voulons pas qu'il soit interdit d'utilisation.
- Thierry Falconnet, maire de Chenôve

"C'est un équilibre qu'il nous faut trouver dans un contexte budgétaire contraint. Les collectivités doivent réinvestir sur le plateau, nous sommes également en discussion avec le grand Dijon car nous faisons partie de la communauté urbaine. Nous prenons notre temps car nous ne voulons pas faire des erreurs qui nous pénaliseraient pour la suite."

Après l'incendie, la mairie a retrouvé des centaines de kilos d'immondices qu'il a fallu dégager. Des déchets déposés au fil du temps par des promeneurs qui se servaient du plateau comme d'un dépotoir. Thierry Falconnet compte sur la pédagogie pour faire changer les mentalités :  "_Nous nous sommes rendus compte après les incendies, que le plateau était parfois mal utilisé, par des gens qui sont soit inconscients soit malveillants. Nous avons mené un gros travail de sensibilisation en passant par les enfants des écoles, de Chenôve et de Marsannay-la-Cote, qui ont participé eux aussi avec leurs parents à deux opérations de nettoyage. Nous allons aussi augmenter la signalétique de prévention des incendies mais aussi montrer la richesse naturelle et écologique de ce plateau pour que les gens qui le fréquentent prennent bien conscience de la richesse dont ils peuvent dispose_r".

Les photos de l'incendie de 2015

Les flammes atteignaient dix mètres de hauteur. - AFP
Les flammes atteignaient dix mètres de hauteur. © AFP - Bertrand Chambarlac
L'incendie dégageait des fumées impressionnantes. - AFP
L'incendie dégageait des fumées impressionnantes. © AFP - Bertrand Chambarlac

Le plateau est toujours accessible aujourd'hui

. - Radio France
. © Radio France - Marion Bargiacchi
Possible de marcher à l'ombre sur le plateau. - Radio France
Possible de marcher à l'ombre sur le plateau. © Radio France - Marion Bargiacchi
Nature quasi-sauvage sur le plateau de Chenôve. - Radio France
Nature quasi-sauvage sur le plateau de Chenôve. © Radio France - Marion Bargiacchi