Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Quels travaux réaliser pour éviter les inondations à Quimper ?

mardi 10 novembre 2015 à 17:50 Par Pauline Kerscaven, France Bleu Breizh Izel

En 2000, Quimper devait affronter de grosses crues. Depuis quinze ans, des travaux sont à l'étude, pour agir en amont de l'Odet. Des ouvrages devraient être réalisés vers 2019. Pour les présenter, le Sivalodet propose des réunions publiques.

Quimper sous les eaux, à l'hiver 2000.
Quimper sous les eaux, à l'hiver 2000. © Maxppp - BEP/OUEST FRANCE

Quimper, France

12 décembre 2000. Quimper est sous les eaux. 400 habitations et plus de 200 magasins touchés. La belle endormie est sous le choc. Depuis, pour limiter l'impact de ces inondations, des travaux sont à l'étude, sur l'amont de l'Odet et de ses affluents. Le Sivalodet, le syndicat qui s'occupe de la gestion et de l'aménagement du bassin-versant de l'Odet, supervise ces actions.

"Ce ne sont pas des barrages" Georges-Philippe Fontaine, président du Sivalodet

Six scénarios sont actuellement détaillés par un bureau d'étude. Tous prévoient la création d'ouvrages en amont de Quimper, sur l'Odet, le Langelin et le Steïr. "Ce ne sont pas de barrages puisqu'ils ne bloquent pas l'eau. Ils ne font que ralentir l'eau, quand le débit est très important. L'eau s'accumule derrière eux et continue à couler", explique Georges-Philippe Fontaine, président du Sivalodet.

Concrètement, ces retenues seraient des talus enherbés "et bien intégrés dans le paysage" , poursuit l'élu.

Une solidarité entre l'amont et l'aval ?

Mais certains habitants des villages au nord de Quimper craignent que leurs maisons soient inondées et sacrifiées pour préserver le centre de Quimper. "Cela n'arrivera pas", assure Georges-Philippe Fontaine. Selon lui, les gens du Nord de Quimper sont prêts à faire des efforts pour que Quimper ne soit plus inondée. Et c'est pour rassurer que son syndicat organise des réunions publiques. "Notre souci est un souci de concertation et de transparence maximum. Nous n'avons rien caché à personne." 

Dans le viseur de l'élu de droite : la gauche, précédemment aux rênes de la mairie et du Sivalodet. Depuis quelques jours, la polémique enfle entre les deux camps. Daniel Le Bigot, de Kemper l'écologie à gauche, aujourd'hui dans l'opposition interpelle Georges-Phillipe Fontaine : "Lorsque nous avons proposé le projet de construction d'ouvrages, Monsieur Fontaine s'y est opposé. Aujourd'hui, il propose quasiment la même chose !"

Sur le fond du sujet, l'écologiste est donc d'accord avec la droite ! "C'est exactement la même démarche,les mêmes ouvrages. Les conclusions d'aujourd'hui sont les mêmes que celles d'hier. Alors je suis tout à fait d'accord avec les propositions qui sont faites aujourd'hui."

Ces travaux seront-ils suffisants pour éviter les inondations ?

Les éviter, non. Les limiter, sûrement. L'eau des inondations de Quimper a deux sources : les rivières en amont et la mer, en aval. Si la première cause peut être résolue par des travaux, "il est beaucoup plus difficile d'éviter que la mer remonte", explique Daniel Le Bigot. 

Pour Georges-Philippe Fontaine, l'impact de la marée n'est pas si important que ça à Quimper : "En tenant compte de multiples facteurs, notamment le réchauffement climatique, nous avons remarqué que l'influence de la marée s'arrête au pont Saint-Médard et au pont Sainte-Catherine." 

Les riverains de Quimper centre, eux, sont impatients. "Cela fait quinze ans qu'on parle de travaux. Il est temps de les faire ou sinon, on aura encore 1 mètre 50 d'eau dans le magasin !"

Réunions publiques, de 20h à 22h30, dans 8 communes

  • Vendredi 30 octobre : salle de l'Arpège, Plogonnec.
  • Jeudi 5 novembre : centre culturel l'Athena, à Ergué-Gabéric.
  • Mardi 10 novembre : salle polyvalente de Laz-Leuhan.
  • Mardi 17 novembre : salle Ti an Holl, à Langolen.
  • Lundi 23 novembre : salle l'Atelier, à Landudal.
  • Mardi 8 décembre : salle polyvalente de Coray.
  • Jeudi 17 décembre : espace Jean-Bourhis à Trégourez.
  • Mardi 5 janvier : mairie de Quimper.