Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Qui est Greta Thunberg, l'ado suédoise attendue comme une superstar à la marche des jeunes pour le climat à Paris ?

jeudi 21 février 2019 à 22:43 Par Viviane Le Guen, France Bleu

La Suédoise Greta Thunberg, 16 ans, devenue en quelques mois une égérie de la lutte contre le réchauffement climatique est à Paris ce vendredi pour défiler aux côtés de lycéens français, belges et suédois. Portrait.

La Suédoise Greta Thunberg, 16 ans, aux ôtés des lycéens belges manifestant pour le climat, le 21 février 2019 à Bruxelles
La Suédoise Greta Thunberg, 16 ans, aux ôtés des lycéens belges manifestant pour le climat, le 21 février 2019 à Bruxelles © AFP - EMMANUEL DUNAND

En quelques mois, elle est devenue une figure emblématique de la lutte contre le réchauffement climatique. La Suédoise Greta Thunberg est attendue à Paris ce vendredi pour défiler aux côtés de lycéens français, belges et suédois. Le rendez-vous est fixé à 13h00 place de l'Opéra. Vendredi dernier, une première mobilisation avait réuni quelques centaines de manifestants mais il est très probable que la présence de l'adolescente suédoise dans la capitale ce 22 février dope la participation.

Grève de l'école

Du haut de ses 16 ans, celle qui se définit sur son compte Twitter comme "une activiste Asperger", est en effet parvenue à mobiliser des milliers de jeunes à travers le monde contre le dérèglement climatique. À l'origine de ce mouvement : sa prise de parole médiatisée au dernier jour de la 24e conférence pour le climat de l'ONU (COP 24) de Katowice en Pologne en décembre 2018, sommet qui s'est conclu par un accord qualifié de minimaliste et sans ambition par les défenseurs de l'environnement.

"Vous dites que vous aimez vos enfants plus que tout, mais vous détruisez leur futur devant leurs yeux" a-t-elle lancé aux chef d'États et de gouvernements avant d'appeler les écoliers et étudiants du monde entier à sécher les cours tous les vendredis, jusqu'à ce que les gouvernants adoptent des mesures fortes pour lutter contre le réchauffement climatique. Un appel entendu en Belgique, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni ou encore en Australie.

Une ambition climatique trop timide

Depuis, chacune des apparitions de Greta Thunberg déclenche une frénésie. C'est encerclée par des journalistes que l’adolescente a défilé jeudi à Bruxelles au milieu de lycéens et d'étudiants scandant son nom. Quelques heures plus tôt, elle prenait la parole devant le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, dans le grand amphithéâtre du Conseil économique et social européen. L'objectif actuel de 40% n'est "pas suffisant pour protéger le futur des enfants qui grandissent aujourd'hui", a-t-elle asséné appelant l'UE à se doter d'un objectif de réduction de ses émissions de gaz à effets de serre de 80% d'ici 2030, "deux fois plus ambitieux" que l'engagement actuel du bloc au sein de l'accord de Paris.

Son physique d'adolescente menue aux joues rondes, le visage encadré par deux longues nattes, contraste avec l'assurance et la détermination dont elle fait preuve. Fin janvier, elle a volé la vedette à l'élite mondiale en prononçant un nouveau discours coup de poing, devant une salle comble au Forum de Davos. Une opiniâtreté qui force l’admiration et redonnent espoir à une partie des traditionnels militants pour le climat. 

Certains y voient un espoir d'une pression plus forte sur les gouvernements, dont les engagements sont largement insuffisants pour respecter les objectifs de l'accord de Paris qui vise à limiter le réchauffement de la planète à +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle. "Mais cet espoir dépend de la capacité de tout le monde à suivre la voie montrée par ces jeunes", selon Bill McKibben, co-fondateur de l'ONG 350.org interrogé par l'AFP. "Il ne suffit pas de les regarder avec admiration, parce que ces jeunes n'ont pas le pouvoir de faire que les changements se produisent. C'est au reste d'entre nous de les soutenir, et vite". Une journée de grève mondiale pour le climat est prévue  le 15 mars.