Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Radioactivité dans la Loire : les écologistes demandent une cellule de suivi au Préfet de Région

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

L'ARCO, une association de défense de l'environnement, a récemment révélé une radioactivité anormalement élevée dans la Vienne et la Loire en aval de cinq centrales dont celle de Chinon. Les élus écologistes de trois régions demandent du coup au préfet de mettre en place une cellule de suivi.

La centrale d'Avoine en Indre-et-Loire
La centrale d'Avoine en Indre-et-Loire © Maxppp - Franck Fouquet/Maxppp

Indre-et-Loire, France

D'où vient le pic de radioactivité constaté dans les eaux de la Loire ?  C'est ce que veulent savoir les groupes d'élus écologistes de trois régions, Centre-Val-de-Loire, Pays-de-la-Loire et Nouvelle Aquitaine, après de nouveaux relevés effectués par l'Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l'Ouest  en aval des cinq centrales nucléaires sur la Loire et la Vienne, dont celle de Chinon. L’ACRO a récemment relevé une concentration de tritium dans les eaux de la Loire très largement supérieure au seuil d’alerte  défini par les autorités  en aval des 5 centrales nucléaires sur la Loire et la Vienne dont celle d'Avoine.

Ces groupes ont donc interpellé le préfet de la Région Centre-Val-de-Loire. Ils lui demandent notamment de mettre en place une cellule de suivi et de communiquer sur les signalements d'événements anormaux ou rejets des centrales nucléaires concernées et que cette cellule puisse demander des études complémentaires sur l'impact sur la santé et faire de recommandations pour protéger les populations et la biodiversité.

Par ailleurs, l'ACRO publie ce mercredi, une carte exclusive de la contamination radioactive de l’eau potable en France métropolitaine en indiquant qu'elle l'a réalisée avec des données fournies par le ministère de la Santé (valeur moyenne sur les années 2016-2017).    Selon l'ACRO, ces données révèlent que plus de "268 communes sont concernées par la présence de tritium (l’hydrogène radioactif rejeté par les  installations nucléaires) dans l’eau potable en France métropolitaine, que 6,4 millions de personnes sont alimentées par une eau contaminée au tritium et qu’aucune valeur ne dépasse le critère de qualité fixé à 100 Bq/L instaurée par les autorités sanitaires".

Choix de la station

France Bleu