Climat – Environnement

Réchauffement climatique : "Cessez de parler et agissez"- Nicolas Hulot

Par Mikaël Roparz et Céline Guétaz, France Bleu Armorique jeudi 24 septembre 2015 à 5:00

Nicolas Hulot - MAXPPP
Nicolas Hulot - MAXPPP © Max PPP

Dans le cadre de la journée spéciale climat sur France Bleu Armorique, Nicolas Hulot est revenu sur son combat pour la protection de la planète. L'ex-journaliste de 60 ans, célèbre notamment pour émission de reportage, Ushuaïa estime que nous avons encore les cartes en main pour changer les choses.

Nicolas Hulot connaît bien la planète. Converti de longue date à la défense de l'environnement, il a parcouru le monde pendant plus de vingt en tant que photographe, animateur télé. Il a conseillé trois présidents français : Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, qui l'a nommé en décembre 2012 "envoyé spécial pour la protection de la planète".

Ce breton de cœur et d'origine a mené une sorte de diplomatie parallèle et jouer un rôle à la fois d'observateur, d'intermédiaire et de conviction au service de la COP21, cette conférence sur le climat prévue à Paris du 30 novembre au 11 décembre.

A travers tous ces voyages, ces reportages, tous ces pays visités, l'ex-candidat malheureux à la primaire d'Europe Ecologie-Les Verts pour l'élection présidentielle de 2012 a rencontré des milliers de personnes. Il a constaté les évolutions du monde à cause du changement climatique.

Mais, "nous avons les cartes en main" estime Nicolas Hulot. "Nous pouvons éviter que le phénomène du réchauffement climatique ne devienne irréversible. Mais la fenêtre de tir est très courte puisque l'on a trop attendu" constate l'ex journaliste.

Nicolas Hulot "Nous avons les cartes en main"

"Le changement climatique est déjà une tragédie"

Élévation du niveau de la mer, augmentation du nombre de catastrophes naturelles, menaces sur la production alimentaire… Les effets désastreux du réchauffement climatique touchent déjà aujourd’hui plus de 200 millions de personnes.

"Le changement climatique est déjà une tragédie au quotidien pour une dizaine de millier de personnes et déplace chaque année des millions de personnes" raconte Nicolas Hulot. "Si on laisse le changement climatique franchir la barre des 3/4°C, ce seront des centaines de millions de personnes qui seront condamnées à se déplacer avec des impacts sur la santé notamment".

Nicolas Hulot : "Il faut agir"

Il ne faut pas être dans le déni. Il faut agir ! 

Nicolas Hulot est inquiet mais il constate aussi que si d'une manière générale la mobilisation en faveur de la lutte contre ce phénomène n'a jamais été aussi forte. La conférence de Paris sur le climat sera un "moment de vérité", estime le conseiller spécial de François Hollande pour la protection de la planète. Il ne faut pas "être dans le déni". Il faut "agir".

"Il y a en Bretagne notamment des PME qui sont excessivement innovantes dans les énergies renouvelables". Pour ce défenseur de l'environnement, il existe aujourd'hui un ensemble de technologies qui permettent d'envisager une société bas carbone. Il regrette toutefois que toutes ces initiatives ne soient pas suffisamment déployées à grande échelle.

Nicolas Hulot : "En Bretagne les PME sont innovantes"

Nicolas Hulot appelle tout le monde à se mobiliser sur les réseaux sociaux et aussi lors de la marche mondiale pour le climat les 28 et 29 novembre.

L'ancien présentateur de Ushuaïa a aussi prévu de lancer un appel à la mobilisation citoyenne le 7 octobre.

Et la Bretagne en 2050 ?

Si on prend notre destin en main, "on peut imaginer que la Bretagne soit un territoire autonome sur le plan énergétique, où chaque commune, chaque particulier puisse produire sa propre énergie, circuler avec des véhicules électriques..." imagine Nicolas Hulot. Mais pour cela "il faut se mobiliser". 

Nicolas Hulot : Et la Bretagne en 2050 ?

A LIRE AUSSI >>  La Bretagne se mobilise pour le climat 

Nicolas Hulot et le réchauffement climatique : l'entretien en version intégrale

Les* principaux enjeux de la prochaine conférence internationale sur le climat* (COP 21)