Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

COP23: face à l'urgence climatique, il faut rehausser l'ambition des Etats

mardi 7 novembre 2017 à 0:03 Par Anja Vogel, France Bleu

La 23ème conférence de l'ONU sur le climat s'est ouverte ce lundi en Allemagne, avec de vibrants appels au monde à agir. Deux ans après la Conférence de Paris et son accord sur des objectifs ambitieux, la COP23 à Bonn va s'efforcer de les mettre en pratique. Car le temps presse.

Manifestation pour appeler les dirigeants à ne pas céder au lobbying et à sauver la planète à l'ouverture de la COP23 à Bonn
Manifestation pour appeler les dirigeants à ne pas céder au lobbying et à sauver la planète à l'ouverture de la COP23 à Bonn © Maxppp - Philipp Guelland

Les derniers bilans climatiques sont catastrophiques. Après 2015 et 2016, l'année 2017 sera l'une des plus chaudes jamais enregistrées depuis le début des relevés météorologiques au 19ème siècle. Une année marquée par des ouragans, inondations, vagues de chaleurs, incendies et sécheresses particulièrement néfastes. Des conditions météorologiques exceptionnelles, qui portent indiscutablement la marque du réchauffement climatique, celui contre lequel 195 pays et l'Union européenne ont promis de lutter en décembre 2015 à Paris. Aujourd'hui il s'agit de mettre leurs engagements en oeuvre.

Conférence intermédiaire, Bonn marque une étape très importante, plus technique

L'accord de Paris prévoit de limiter la hausse de la température mondiale à moins de 2 degrés Celsius, si possible même 1,5 degrés. Un objectif ambitieux. Sauf que pour l'atteindre, il faudrait selon les scientifiques, que le pic d'émissions de gaz à effet de serre survienne au plus tard en 2020, dans 3 ans. Impossible de tenir cet objectif avec les politiques actuellement mises en oeuvre: le réchauffement risque d'être deux fois plus important, avec des conséquences dramatiques en terme de climat, de santé, de sécurité alimentaire. Il faut absolument pousser les Etats à "rehausser l'ambition", à prendre des mesures de décarbonisation beaucoup plus franches pour baisser leurs émissions.

Sortir de l'industrie du charbon, toujours importante en Allemagne et en Pologne

L'industrie du charbon est particulièrement polluante. Or elle est toujours très active en Allemagne, comme en Pologne, où se tiendra la COP 24 l'an prochain, que cette Conférence intermédiaire de Bonn doit justement permettre de préparer. Elle est d'ailleurs présidée par les îles Fidji, si vulnérables au changement climatique. D'où l'appel au monde, lancé par leur président, d'agir urgemment, de maintenir le cap fixé à Paris, malgré la sortie des Etats-Unis prévue en 2020. Voire de profiter de la nouvelle dynamique, créée par l'annonce de Donald Trump, y compris en terme de solidarité financière avec les pays du Sud, pour les aider à mener à bien leur transition écologique et climatique. La société est prête, les citoyens s'investissent, les entreprises innovent; l'Union européenne veut continuer à jouer un rôle moteur... Aux dirigeants de nos pays de s'engager davantage pour relever le défi et tenter de sauver notre planète.

ECOUTER AUSSI la chronique Tous Européens