Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Deux Gardois convoqués à la gendarmerie pour avoir décroché le portrait d'Emmanuel Macron dans une mairie

Bruce et Mathilde, deux activistes écologistes gardois, sont convoqués le lundi 12 août à la gendarmerie de Remoulins. On leur reproche d'avoir décroché le portrait d'Emmanuel Macron, le 23 juillet dernier, à la mairie de Collias. Ils ont déjà passé quatre heures en garde à vue pour cet acte.

Le portrait d'Emmanuel Macron a été décroché dans le calme le 23 juillet à la mairie de Collias
Le portrait d'Emmanuel Macron a été décroché dans le calme le 23 juillet à la mairie de Collias - ANV COP21 Avignon

Remoulins, France

Bruce et Mathilde sont tous les deux membres du collectif Action Non-Violente COP21 d'Avignon. Le 23 juillet dernier, ces activistes écologistes sont allés décrocher le portrait d'Emmanuel Macron à la mairie de Collias (Gard). 

Un geste symbolique pour protester contre l'inaction du gouvernement en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Cette action est menée à travers toute la France depuis des mois. L'objectif étant de décrocher 125 portraits, comme le nombre de jours qu'il a suffi cette année à l'humanité pour consommer toutes les ressources naturelles que la Terre peut renouveler en une année. Après le décrochage de Collias, les deux activistes ont déjà passé quatre heures en garde à vue. 

"On est accusés de vol en réunion, donc ce sont des faits de vol aggravé. On risque jusqu'à cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende. Le portrait lui,  coûte 8,70 euros. On considère que la répression est disproportionnée."

Bruce, l'un des deux activistes

Seize procès en cours

Plusieurs dizaines de "décrocheurs" ont été interpellés en France ces derniers mois. Seize procès sont actuellement en cours. Lundi, les deux activistes gardois, qui ont déjà passé quatre heures en garde à vue, sont de nouveau convoqués à la gendarmerie de Remoulins. Ils ne savent pas combien de temps ils seront entendus.

"On est prêt à prendre ces risques-là donc on s'y prépare. On est les "justes" dans l'histoire."

Les militants estiment que seules des actions de ce genre permettront de faire bouger le gouvernement.

" La répression est disproportionnée par rapport au geste"

Un rassemblement de soutien est organisé lundi 12 août dans la matinée devant la gendarmerie de Remoulins. Plusieurs prises de parole sont prévues.