Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

Recours contre un dépôt de carburants près de la plage de l'Espiguette

-
Par , France Bleu Hérault
Le Grau-du-Roi, France

Une association engage deux recours contre un dépôt de carburants situé à quelques centaines de mètres de la plage de l'Espiguette, l'une des plus belles plages de notre littoral. Elle invoque des risques exagérés pour les populations et l'environnement.

Les six cuves semi enterrées du dépôt se situent à moins de 500 mètres de la plage de l'Espiguette
Les six cuves semi enterrées du dépôt se situent à moins de 500 mètres de la plage de l'Espiguette © Radio France - Marie Ciavatti

C'est l'une des plus belles plages de Méditerranée. Un site fragile, protégé, classé Natura 2000. Et pourtant à quelques centaines de mètres de la plage de l'Espiguette dans le Gard fonctionne encore un dépôt d'hydrocarbures datant des années 50 et classé Seveso niveau 3, le plus haut niveau pour le risque industriel.

Le Cape, Comité d'Alerte pour l'Espiguette, a déposé deux recours le mois dernier devant le tribunal administratif de Nimes pour contester le renouvellement de l'autorisation d'exploiter et demander la création d'un plan d'intervention en cas d'accident, plan dont le site est dispensé à ce jour. C'est l'avocate Marie-Odile Bertella-Geffroy, spécialisée dans les affaires de santé publique, qui mène la procédure.

Ce dépôt date d'un autre temps : installé en 1954, sur une vingtaine d'hectares entre mer et étangs, pour les besoins de l'Otan. Il reçoit, expédie et stocke notamment des carburéacteurs dans six cuves semi enterrées, via un pipe line relié à une station de pompage dans les Bouches-du-Rhône.

"Le site n'est même pas sur la carte des sites Seveso"

Le risque est sous estimé selon le Cape. "Les études de risques ont été limitées à des scénario et des périmètres insuffisants, explique Didier Caire l'un de ces militants". Il dénonce également une forme d'opacité, trop peu d'informations livrées au public et aux habitants. Beaucoup d'ailleurs ignorent jusqu'à l'existence de cette installation.

Au bout de cette route, le site de l'Otan, terrain clôturé de 20 hectares.
Au bout de cette route, le site de l'Otan, terrain clôturé de 20 hectares. © Radio France - Marie Ciavatti

"De toute façon il faudra démenteler ce site"

"Le site n'est même pas sur la carte des sites Seveso, poursuit Didier Caire. Il y a un doute sur la prise en compte réelle de ce danger. Et donc on alerte ! On sait que ce site, dans 20, 30 ou 40 ans, il faudra le démanteler. Parce que la mer monte, parce que les risques croissent. Si on peut aller rapidement vers son démantèlement, c'est une bonne chose. De toute manière c'est ce qu'il faudra faire. Alors anticipons-le".

"Il y a un doute sur la prise en compte réelle du risque". Didier Caire, militant du Cape.

Pour le Comité d'alerte, c'est la sécurité, la santé des personnes qui sont engagées alors que des milliers de touristes fréquentent cette plage chaque jour l'été. Il n'existe, par la route, qu'une seule voie d'accès à la plage. D'où le recours déposé contre l'arrêté de la préfecture qui dispense le site de PPI (Plan de Protection d'Intervention), c'est à dire de procédure pour les secours en cas d'incident grave.

Risque aussi pour l'environnement. L'Espiguette est un site classé, notamment Natura 2000 et Zone naturelle appartenant au "Grand site" de la Camargue gardoise : l'un des massifs dunaires les plus remarquables et les plus fragiles du littoral, des centaines d'espèces d'oiseaux et 25 espèces végétales rares et protégées.

Un site, entre mer et étangs, classé Natura 2000
Un site, entre mer et étangs, classé Natura 2000 © Radio France - Marie Ciavatti

"Le risque est véritablement maîtrisé"

Le maire du Grau du Roi n'a que peu de marge de manoeuvre. Le site est sous contrôle du Ministère de la Défense et de l'Otan."J'ai demandé au préfet, assure Robert Crauste. Le démentellement n'est pas à l'ordre du jour".

Pour autant "la sécurité du site est assurée, dit-il. Le stockage se fait dans des cuves elles-mêmes contenues dans des cuvelages en béton, l'équivalent d'une double paroi. Ce site est contrôlé par des systèmes électroniques, avec des centres de surveillance." Il évacue aussi le danger pour les touristes : "le site est à plus de 500 mètres d'un point de la plage, qui est le moins fréquenté. Il y a assez d'espace pour se mettre en protection."

Robert Crauste, maire du Grau du Roi

Les deux recours n'ont quasi aucune chance d'aboutir. C'est avant tout une alerte. Maître Bertella Geffroy, qui défend le dossier de Cape, souligne avant tout une négligence pour la sécurité des personnes, habitants et estivants. Elle demande la fermeture du dépôt. Le danger c'est ou l'incendie ou l'inondation et dans ce cas il n'y a pas de plan de protection et d'intervention", qui organise l'évacuation en cas d'accident grave.

Maître Bertella Geffroy demande la fermeture du dépôt.

Reportage de Marie Ciavatti

Choix de la station

À venir dansDanssecondess