Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réintroduction d'ours dans les Pyrénées : Nicolas Hulot "certain" de trouver "un chemin d'entente" avec les éleveurs

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé la réintroduction de deux ourses dans les Pyrénées-Atlantiques cet automne. Il s'explique ce mercredi matin, dans un entretien à France Bleu Béarn. "Je suis certain qu’on va trouver un chemin d’entente" avec les éleveurs de montagne.

Nicolas Hulot explique sa décision de réintroduire deux ourses dans les Pyrénées sur France Bleu Béarn
Nicolas Hulot explique sa décision de réintroduire deux ourses dans les Pyrénées sur France Bleu Béarn © Maxppp -

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, était l'invité de France Bleu ce mercredi matin. Il explique sa décision de réintroduire deux ourses dans les Pyrénées-Atlantiques à l'automne

France Bleu : Vous annoncez la réintroduction de deux ourses femelles chez nous dans les Pyrénées béarnaises. Comment allez-vous faire accepter ces ourses aux éleveurs de montagne ?

Nicolas Hulot : Il n’y a pas de recette miracle. Vous savez il y a un mot-clef, c’est l’écoute, le dialogue, la concertation, qui a démarré depuis longtemps dans ce territoire. Je vais demander au préfet d’écouter l’ensemble des acteurs concernés par cette ré-introduction, et on ne la réussira que si on marche dans la même direction.

J’entends bien que c’est plus facile d’être enthousiaste sur l’introduction de deux ourses quand on n’est pas concerné au quotidien par les conséquences de cette présence sur ce territoire, mais moi je veux additionner les intelligences et les expériences.

Je comprends que parfois ça se passe mal - Nicolas Hulot

Mais vous avez conscience que vous relancez les hostilités ?

Non, je ne veux pas souscrire à ce vocabulaire-là, les hostilités, les confrontations… Il y a un moment où il faut qu’on arrête de dresser les uns contre les autres. On est un pays en paix. Je ne pars pas dans cet esprit-là. Je sais que les éleveurs peuvent très bien comprendre que cette ré-introduction s’inscrit dans quelque chose qui nous dépasse largement, dans notre responsabilité d’homme, elle s’inscrit dans ce grand fléau, cette grande tragédie invisible qu’on appelle la perte de la biodiversité. Et la France doit prendre sa part de responsabilité (…).

L’ours c’est une brique de cet enjeu, et je ne peux pas imaginer qu’ensemble on arrive pas à réussir cette ré-introduction. On va les écouter. Je comprends que parfois ça se passe mal, je peux imaginer ce qu’est la détresse d’un éleveur quand il y a un dérochement, et qu’il retrouve une partie de son troupeau au fond d’un ravin. Evidemment je ne suis pas insensible à ça…

Vous irez jusqu’au bout ? Il n’y aura pas de renoncement quelle que soit l’opposition que vous rencontrerez sur le terrain ?

Ecoutez, je ne pose pas les termes comme ça… Je ne ferai pas preuve d’autoritarisme, je ne suis pas dogmatique. Je veux faire appel à la sensibilité, à l’intelligence, à la compréhension, à l’imagination.

80% de la population de ce territoire se dit favorable à la ré-introduction de l’ours, 90% des Français le souhaitent. Vous allez me dire « OK mais eux ne vont pas avoir à vivre avec l’ours au quotidien ». J’en ai bien conscience mais je suis certain qu’on va trouver un chemin d’entente. À partir du moment où l’écoute n’est pas une posture.

Est-ce que moi, en tant que ministre, j’ai envie d’être celui dont on retiendra qu’à un moment très particulier où on pouvait encore sauver ce qu’il reste de la souche pyrénéenne, puisque Cannellito est le dernier qui en a encore des gènes, on ne lui donne pas de descendants. Moi je n’ai pas envie que nous soyons ceux qui auront été là, et qui à un moment donné ou à un autre, au prétexte que c’est un peu compliqué, que cette cohabitation donne des soucis supplémentaires à un exercice qui est déjà largement en difficulté…

Est-ce qu’il y aura des mesures d’accompagnement, des aides pour la protection des troupeaux ?

Bien entendu qu’il y aura des mesures d’accompagnement. C’est cela que je voudrais que le préfet qui va organiser cette consultation identifie, et moi je viendrais ensuite pour trancher, pour valider les mesures d’accompagnement. Prenons le temps de réussir, mais ne partons pas avec l’idée qu’on rentre dans une période de confrontation (…). Essayons de partir dans un esprit positif, constructif…

Est-ce qu’il y aura d’autres ours ou uniquement deux ?

Pour l’instant on introduit deux ourses femelles, ne serait-ce que parce que vous avez dans ce foyer là des Pyrénées-Atlantiques deux mâles qui sont totalement isolés, et qui n’ont aucun avenir si on ne leur met pas deux compagnes. Commençons par cela, et pour l’instant ma décision se limite à cela.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess