Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Rennes : des étudiants en chimie inventent un emballage comestible

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Et si vous mangiez l'emballage de votre sandwich ou de votre baguette de pain ? Neuf étudiants de première année de l'Ecole nationale supérieure de chimie de Rennes ont récemment gagné un challenge interne à l'école en concevant un emballage comestible destiné aux boulangeries.

Les neuf étudiants lauréats du challenge "Innov Chem" de l'ENSCR
Les neuf étudiants lauréats du challenge "Innov Chem" de l'ENSCR - Ecole nationale supérieure de chimie de Rennes

Rennes, France

Les élèves de première année de l'ENSCR ne manquent pas d'idées ! Un groupe de neuf étudiants a donc inventé un emballage comestible, ce qui lui a valu de remporter récemment le challenge "Innov' Chem" interne à l'école. Les élèves avaient 48 heures montre en main pour monter un projet sur le thème imposé des modes de consommation et l'alimentation durables. 

Objectif : réduire les déchets

"On est parti du constat que les emballages des boulangeries étaient souvent recyclables mais peu recyclés. On a donc pensé à un emballage comestible pour réduire ces déchets" explique Joris l'un des neuf étudiants qui a travaillé sur ce projet. Les élèves ont donc récupéré une recette culinaire idéale pour la création de ces emballages. "Il y a de l'eau, de l'amidon de pomme de terre, de la lécithine de soja et de la glycérine alimentaire" détaille Joris. La recette n'a pour le moment aucun goût mais "rien ne nous empêche d'ajouter des arômes dans la recette pour lui donner un gout sucré ou salé mais il ne faut pas non plus que le goût de l'emballage altère celui du produit à l'intérieur" ajoute Joris. 

Les étudiants ont également travaillé sur les coûts. "On a fait une projection pour voir si c'était tenable financièrement et on s'est rendu compte que si on utilise des encres alimentaires pour écrire sur l'emballage ou pourrait vendre des espaces publicitaires. Le projet deviendrait totalement rentable et même moins cher à l'achat pour les boulangeries" souligne Floriane, qui a elle aussi participé à ce projet. 

Une bonne idée qui va devenir réalité ? 

Les jeunes qui ont travaillé sur ce projet ne sont encore que des étudiants de première année. Ils ont encore au moins deux années d'études devant eux. Les enseignants de l'école ont déjà déposé une enveloppe solo à l'INPI, l'Institut national de la Propriété Intellectuelle. Et Joris et ses camarades veulent y croire : "On attend plus qu'un contact des industriels car sans ça on ne pourra évidemment pas se lancer mais si il y a la possibilité, ce serait dommage de ne pas mettre le projet à l'épreuve pour voir jusqu'où il peut aller".